Perdu sur Kepler 852-b (Chapitre 4: Capitaine Premidaire)

(To read the English version, click here.)

Background artwork by @huleeb (Lucid Dream)


            “Quelque chose nous a frappé dans le ciel. Ou… plus probablement… plusieurs choses. C’était le chaos. Des parties du vaisseau ont explosé. Je ne pouvais pas quitter la chambre du pilote, mais la porte de ma nacelle d’atterrissage d’urgence adjacente s’est ouverte. Instinctivement, j’ai sauté à l’intérieur et me suis agrippé à une poignée, car je savais, d’après le manuel de l’I.M.C., que l’intérieur me protégerait contre la force de l’atterrissage en catastrophe. Il y avait une fenêtre donnant sur la coque. J’ai vu des centaines de corps se frapper contre l’intérieur du vaisseau. Des sections du vaisseau se détachaient…

            Le capitaine Premidaire était affalé contre un arbre, sous un auvent de fortune que j’avais construit avec mon sac de couchage et du fil de fer. Nous nous abritions d’une pluie torrentielle, violette et semblable à du grésil. Premidaire était en train d’avoir un de ses moments de lucidité, qui devenaient de plus en plus rares, alors j’ai essayé de le guider doucement, encore une fois, vers la question à laquelle je désespérais de recevoir une réponse. Je ne pouvais pas lui poser de questions qui s’éloignaient trop du fil de sa pensée, sinon il se dégraderait à nouveau dans son état de confusion marmoréenne. Premidaire devenait de plus en plus fou et je n’avais aucune idée de la façon d’arrêter sa descente dans la folie.

            “Et après que le vaisseau se soit écrasé, que s’est-il passé ?”

            “Des cris. Des cris horribles. Du feu. Ramper dans les décombres. Puis ils sont venus…”

            “Qui est venu ? Vous n’arrêtez pas de dire qu’ils sont venus. La créature insecte-tentacule dont j’ai parlé ? Celui qui creuse des trous ? Cette chose monstrueuse ?” Premidarie a laissé échapper un rire aigu et maniaque. Il avait déjà fait ça auparavant. J’ai grimacé parce que cela signifiait qu’il allait très probablement avoir un de ses épisodes de démence dans dix à quinze secondes. 

            “Ces choses ? Elles aiment le feu. C’est l’équipe de nettoyage.” Il a ri à nouveau, d’un ton plus aigu. “Ils ne sont rien comparés à ce qu’il y a d’autre sur cette planète. Rien. Cette planète se défend. Ces insectes étaient là quand… les autres ont été emmenés, par eux…”

           “Combien de temps depuis le crash ?”

            “Une semaine.”

           “C’est impossible. J’étais seul quand je me suis réveillé. Je serais mort de soif. Vous m’aviez dit deux jours.”

            “Si l’un d’eux vous avait trouvé, inconscient, il aurait pu vous sauver.”

           “Comment ?”

            “Je ne sais pas. Il y a quelque chose dans l’air. Le temps est différent ici. Tout est différent ici. Et ils… ils nous ont envoyés ici pour mourir.” Les pupilles de Premidaire se sont dilatées et ont commencé à trembler. C’était maintenant ou jamais.

            “Qui d’autre a survécu ? Y avait-il des femmes avec vous ? ! L’une d’elles avait-elle…”

            “J’ai tout mis dans la GlobalDataBase avant de quitter la Terre. Ils se souviendront de moi. Ressentir l’existence, plus de force, ils m’ont dit de remplir des questions, de mettre les Nanorobots-Enregiste dans mon cerveau, de me tenir devant la caméra, c’était pour l’histoire, ils pourraient faire une copie, pas la même, mais assez proche, l’artiste doit créer dans l’obscurité, tout est créé à partir de l’obscurité, pour trouver leur lumière s’il y a une chance qu’une autre…”

            J’ai soupiré. Une autre heure de son bavardage. Puis, quand il reviendrait au silence, ou s’endormirait et se réveillerait, j’essaierais à nouveau. J’ai éteint le dispositif d’enregistrement de ma tablette. Dans ma frustration, je me suis détourné du capitaine, qui marmonnait toujours pour lui-même, murmurant maintenant : “Je dois le prendre à nouveau, mais je dois aussi m’enfuir, me sentir désespéré, désespoir plein d’espoir, combattre cela, fuir ou rester, Siana mon amour, je…” Il me semblait que, quelle que soit la maladie dont souffrait Premidaire, il était incapable de distinguer les émotions, les souvenirs ou les abstractions lorsqu’il avait un épisode. C’était comme si son subconscient prenait le dessus sur sa conscience. 

            “Aie !” Une gouttelette de pluie s’est posée sur ma peau, a brûlé et grésillé, laissant une blessure rouge en forme de disque. Les gouttelettes de pluie ici sont souvent toxiques, comme de l’acide. Premidaire le savait et m’a fait construire notre abri lorsque nous avons entendu un grondement dans la nuit et que l’air est devenu lourd d’humidité. Quand Premidaire est lucide et concentré sur une tâche, il est impeccable et efficace. On ne devient pas le capitaine de la deuxième migration humaine sans être extrêmement efficace dans tout ce qu’on fait, ce qui rendait le contraste avec ses grognements incohérents d’autant plus terrifiant à observer. Je me suis tourné de mon côté et j’ai vu la créature basset hound qui dormait encore dans son niche.

            “Walter !” Pendant un instant, j’ai cru que la créature s’était adressée à moi.

            “Quoi !” Le capitaine avait attrapé ma chemise. J’étais choqué : il n’était jamais sorti aussi vite d’une de ses transes. Peut-être son esprit se défendait-il, sachant à quel point notre survie dépendait de sa capacité à me transmettre des informations pertinentes.

            “Il y a… il y a des aliens de type humain sur cette planète. De différents types, races, cultures. Ils savaient que nous venions. Ils nous attendaient. Les machines qui ont repéré cette planète leur ont tout dit sur nous. Certains d’entre eux veulent nous utiliser pour quitter ce monde, d’autres pour survivre. C’est pour ça qu’ils vous ont gardé en vie, pour apprendre sur nous, je ne sais pas quel est leur but, mais leur sophistication…”

            “Ces aliens sont-ils ceux dont vous vous êtes échappé ?”

            “Non. Je me suis échappé d’autres choses. Ces extraterrestres humains ne voulaient pas me prendre. Ils ont dit que j’étais sans espoir. Les particules dans l’air, elles affectent tout le monde à des vitesses différentes et de manières différentes. Les humains plus rapidement qu’eux. Si l’infection atteint un certain point, il est trop tard, il n’y a qu’un seul antidote, et chaque membre de leur groupe a une urgence pour lui par vie.”

            “Par vie ? Que voulez-vous dire par là ?”

            “Je voulais rester avec eux. Ils ne m’ont pas laissé faire.”

            “Ces créatures extraterrestres ont pris des humains et en ont laissé d’autres ? Qui d’autre est resté avec vous ?”

           “Cinquante-sept personnes.”

            “Et ils sont tous morts sauf vous ?”

            “Oui, j’ai vu la moitié d’entre eux mourir, l’autre moitié est partie dans une direction où aucun humain ne pouvait survivre.”

            “Et les humains qui sont restés… qui ont été pris par ces aliens-humains ? Avez-vous vu une femme parmi eux qui…”

            “Elle est juste là ! Vous ne pouvez pas l’emmener ! Vos erreurs vont…”

           “Shhh, quelque chose arrive…” Il y eut un cliquetis et un fracas à travers les vignes et les arbres.

            “Vous n’auriez pas dû venir ici.. Maintenant les particules peuvent vous affecter plus rapidement.”

           “Taisez-vous ! Ou je vous bourre la gueule … bordel !”

            Bunky, mon basset alien, s’est réveillé et a grogné.

            A travers la jungle, un autre monstre insectoïde s’est écrasé, se dirigeant directement vers notre abri. En une fraction de seconde, Bunky s’est élancé sur le chemin du monstre et a commencé à ronger les tentacules internes. Le monstre a hurlé comme il l’a fait quand je suis tombé en le fuyant. Il a essayé de s’accrocher au basset, mais celui-ci se déplaçait si rapidement parmi les bras qui se tortillaient qu’ils n’ont pas pu l’attraper. En une minute, la moitié de la créature était dévorée, dix secondes plus tard ce n’était plus qu’une petite boule (Bunky semblait manger la chose exponentiellement plus vite). Puis le monstre avait disparu.”

            “Vous avez de la chance que cette créature vous aime,” a dit le capitaine Premidaire.

            “Un de quoi ?” Je fixais Bunky, ébahi, tandis qu’il se léchait les babines avec tristesse.

            “Cet animal.”

            “Comment savez-vous qu’il m’aime ?”

            “Je sens que je perds le contrôle. Le regret. Je n’ai jamais voulu qu’elle le fasse. Mais l’atmosphère me pèse. Je suis désolé Siana. Je vais tout arranger. Nous…” sa voix perdit de sa force et il recula en trébuchant. 

            Une heure plus tard, Premidaire dormait et la pluie avait cessé. Un lever de soleil éclatait à travers les vignes et les branches. La lumière étincelait et scintillait tandis que des gouttelettes tombaient des arbres. Peut-être commençais-je aussi à perdre la tête, ou peut-être était-ce le manque de sommeil, mais les couleurs ont commencé à se mélanger et à se brouiller, comme de la peinture étincelante étalée sur une toile. Cela m’a inquiété. Je devrais peut-être arrêter de questionner Preston Premidaire sur ma femme et les survivants. Je devrais peut-être me concentrer sur notre propre survie. Pendant un de ses moments de lucidité, je lui ai fait expliquer certaines des fonctions de ma tablette. Il m’avait montré une carte qui menait à une ville qui était censée être en construction depuis la première migration. Il m’a montré la ligne de train magnétique F.A.T. (Frictionless Automated Transport) que les machines ont construite à leur arrivée. S’il y avait des humains vivants de la première vague, ils devaient être dans la ville. J’ai chargé la carte. La ville était à 4000 kilomètre. Je devais faire 800 km tout seul jusqu’au F.A.T., puis… attendre un train ? Premidaire n’a pas pu m’expliquer comment fonctionne le système de transport. Nous aurions… nous aurions besoin de l’aide de… mes paupières commencent à… si nous ne contactons pas les gens d’ici, nous mourrons… nous…”

            Je me suis endormi. Quand je me suis réveillé en sursaut, la pluie avait cessé et la clairière était lumineuse. Avant même d’être pleinement conscient, je savais que Preston Premidaire était parti. Pourquoi… mais quand j’ai regardé autour de moi dans la clairière.

           “Non…”

            Preston Premidaire était pendu à un arbre.


Subscribe below:

Lost on Kepler 852-b (Chapter 4: Captain Premidaire)

(Pour lire la version française, cliquez ici.)

Background artwork by @huleeb (Lucid Dream)


            “Something hit us in the sky. Or…more likely…multiple things. Everything was chaos. Parts of the ship exploded. I couldn’t leave the pilot’s chamber but the door of my adjoining emergency landing pod opened. Instinctively, I jumped in and grabbed hold of a handle, since I knew from the I.M.C. manual that the interior would protect me against the force of the crash landing. There was a window looking out at the hull. I saw hundreds of bodies slamming against the ship’s interior. Sections of the ship were breaking off…”

            Captain Premidaire was slumped against a tree beneath a make-shift canopy I’d constructed using my sleeping bag and iron filament. We were taking shelter against a torrential, sleet-like, purple rain. Premidaire was having one of his lucid moments, which were becoming more and more rare, so I tried to gently guide him, again, to the question I was desperate to receive an answer to. I couldn’t ask him any questions that were too far from his thread of thinking, or else he’d degrade back into his state of mumbling confusion. Premidaire was steadily going insane and I had no idea how to stop his descent into madness.

            “And after the ship crashed, what happened?”

            “Screams. Horrible screams. Fire. Crawling through the wreckage. Then they came…”

            “Who came? You keep saying, they came. That insect-tentacle creature I mentioned? The one who digs holes? That monstrous thing?” Premidarie let out a high-pitched, maniacal laugh. He’d done this before. I grimaced because this meant he was most likely going to have one of his dementia episodes in ten to fifteen seconds. 

            “Those things? They just like fire. They’re the clean-up crew.” He laughed again, a higher-pitch tone. “They are nothing compared to what else is on this planet. Nothing. This planet is fighting back. Those insect things were there when…the rest were being led away, by them…”

            “How long ago since the crash?”

            “A week.”

            “That’s impossible. I was alone when I woke up. I would have died of thirst. You told me two days.”

            “If one of them found you, unconscious, they might of saved you.”

            “How?”

            “I don’t know. There’s something in the air. Time is different here. Everything is different here. And they…they sent us here to die.” Premidaire’s pupils became dilated and started trembling. It was now or never.

            “Who else survived?! Were there any women with you?! Did one of them have-”

            “I put everything in the GlobalDataBase before I left Earth. They will remember me. Feel the existence, no more force, they told me to fill out questions, put the Enregiste-Nanobots in my brain, stand in front of the camera, these were for history, they could make a copy, not the same, but close enough, the artist must create in darkness, everything is created from darkness, to find their light if there is the chance another…”

            I sighed. Another hour of his babbling. Then when he returned to silence, or fell asleep and woke up, I’d try again. I turned off the recording device in my tablet. In my frustration I turned away from Captain, who was still mumbling to himself, now whispering, “I have to take it again, but I also have to run away, feel desperate, hopeful desperation, fight this, run or stay, Siana my love, I…” It seemed to me that whatever sickness Premidaire was suffering from, he was unable to distinguish between emotions, memories, or abstractions when having an episode. It was like his subconscious was overtaking his consciousness. 

            “Ouch!” a rain droplet landed on my skin, burned, and sizzled, leaving a red disc-shaped wound. The rain droplets here are often toxic, like acid. Premidaire somehow knew this and had me construct our shelter when we heard a rumble in the night and the air become heavy with moisture. When Premidaire’s lucid and focusing on a task, he’s impeccable and efficient. You don’t get to become the captain of human’s second migration without being extremely effective in everything you do, which made the contrast with his incoherent grumblings all the more terrifying to observe. I turned to my side and saw the basset hound creature still sleeping in his nest.

            “Walter!” For a wild moment I thought the creature had spoken to me.

            “What!” The captain had grabbed my shirt. I was shocked: he had never escaped one of his trances so fast. Perhaps his mind was fighting back, knowing how much of our survival depended on him relaying me pertinent information.

            “There are…there are human-like aliens on this planet. Different kinds, races, cultures. They knew we were coming. They were waiting for us. The machines who scouted this planet told them everything about us. Some of them want to use us to leave this world, others to survive. That’s why they kept you alive, to learn about us, I don’t what their purpose is, but their sophisticated-.”

            “Are these aliens the ones you escaped from?”

            “No. I escaped from other things. These human-like aliens just didn’t want to take me. They said I was hopeless. The particles in the air, they affect everyone at different rates and in different ways. Humans faster than them. If the infection reaches a certain point, it’s too late, there’s only one antidote, and each member of their group has one emergency for themselves per lifetime.”

            “Per lifetime? What do you mean by…”

            “I wanted to stay with them. They wouldn’t let me.”

            “These alien-creatures took some humans and left others? Who else was left with you?”

            “Fifty-seven people.”

            “And they’re all dead except you?”

            “Yes, I saw half of them die, the other half went in a direction where no human could survive.”

            “And the humans that left…which were taken by these alien-humans? Did you see a woman amongst them whom-”

            “She’s right there! You can’t take her away! Your mistakes will-”

            “Shhh, shhh, something’s coming…” There was a clicking and crashing through the dense vines and trees.

            “You shouldn’t come here. Now the particles can infect you faster…”

            “Shut up! Or I’ll stuff your mouth god damn it!”

            Bunky, my alien basset hound, woke up and growled.

            Through the jungle another insect-weeping-willow monster crashed, heading directly towards our shelter. Within a split second Bunky darted into the monster’s path and started slash-gnawing on the inner tentacles. The monster screeched like it did when I fell running away from it. It tried to grab hold of the basset, but the basset was moving so rapidly amongst the squirming arms that they couldn’t catch him. Within a minute half the creature was consumed, ten seconds later it was a small ball (Bunky seemed to eat the thing exponentially faster). Then the monster was gone.”

            “You’re lucky one of those likes you,” said Captain Premidaire.

            “One of what?” I was staring at Bunky, in awe, while he dolefully licked his chops.

            “That animal.”

            “How do you know it likes me?

            “I feel myself losing control. The regret. I never wanted her to. But the atmosphere weighs down. I’m so sorry Siana. I’ll make everything right. We-” his voice lost its force and he stumbled back. 

            An hour later Premidaire was sleeping and the rain had stopped. A sunrise burst through the vines and branches. Light sparkled and glistened as droplets dripped from the trees. Maybe I was also starting to lose my mind, or maybe it was a lack of sleep, but the colors began mixing and blurring together, like sparkling smeared paint across a canvas. This made me worried. Perhaps I should stop questioning Preston Premidaire about my wife the and survivors. Perhaps I should focus on our own survival. During one of his lucid moments I had him explain some of the functions of my tablet. He had shown me a map that led to a city that was supposed to be under construction since the first migration. He pointed out the F.A.T. magnetic-train line (Frictionless Automated Transport) which the machines built upon their arrival. If there were any humans alive from the first wave, they’d be in the city. I loaded up the map. The city was 2500 miles away. I’d have to travel 500 miles on my own to the F.A.T., then…wait for a train? Premidaire couldn’t explain to me how the transport system works. We’d…we’d need help from…my eyelids are starting to…if we don’t contact the people here we die…we…”

            I fell asleep. When I woke up with a start the rain had stopped and the clearing was bright. Before even becoming fully conscious, I was aware that Preston Premidaire had left. Why…but when I looked around the clearing.

            “No…”

            Preston Premidaire was hanging from a tree.


Subscribe below:

Lost on Kepler 852-b (Chapter 3: Contact)

(Pour lire la version française, cliquez ici.)

Thanks to Jonas Büttner (Instagram: @poly4g) for sharing his artwork.


            I’ve always wanted to choose my last thought before death. I always planned for it to be the first time I kissed my wife in an all-night dive bar after we bought cigarettes in a bodega. The dive bar was one of the few places in City Sector 33 that allowed regulars to smoke in a back room after midnight. I thought, at the time, that my wife didn’t like me very much. She looked nervous during dinner, constantly looking away, practically grimacing when I talked, fixing her translucent body suit, and didn’t laugh much at my bad jokes. I thought she was only enduring my poor company for the night because we shared a mutual friend who set us up. I thought, “Yup, here we go again, another woman who’s bored with a mediocre janitor whose only hobby is writing a stupid sci-fi blog. Way out of my league.” But while smoking and admiring her beautiful face in the shadows, her mysterious glances, letting the silence between us build, I felt the flame of courage and thought, “Why not? Worst comes to worst, she denies me, and I move on like I’ve always done before,” and I went in gradually for the kiss. When I was close, her lips parted, her eyes seemed to ignite, then she replied with a wild, unexpected passion, grabbing my hair and pulling me in. We went back to my place and didn’t leave my cramped studio in the Bronx for three days, both of us calling off work. I didn’t even know I had that in me. She awakened a desire that I never thought was possible, something primal that was beyond me, or perhaps hidden deep in an unexplored recess of my soul. And since that moment our lives have been locked, fused, and intertwined.

            But as this horrifying creature slithers and clicks and sucks towards me, on this planet 64 light years from Earth, my mind loses control. Remember when I said I hate insects? Well, this creature is something between a giant praying mantis and a squirming, writhing mass of centipede-like tentacles, slimy sinews, and clicking pincers. It’s like a grotesque, shuddering weeping willow with something metamorphizing or being tortured and trying to escape on the inside. But after the first moment of terror, the certainty that this extraterrestrial abomination is going to kill me (the creature is so massive there is nowhere to run), that it has killed everyone on the ship, I feel a strange separation from my body. A defense mechanism, perhaps, against the horror, against the expectation of having my skin ripped clean off the bone. I suddenly think of the last time my wife made me laugh, the day before the ship crashed on this planet. Concentrating on the memory to prevent my descent into blackness, I mechanically put out the fire, as if someone else is doing it, haul my supplies over my back, then close my eyes as the creature moves over the debris of the ship. I remember I was talking about how excited I was to discover this new planet, to start a new life with her, and my wife gave me one of her mischievous smiles and said,

            “But how excited are you?”

            “Really excited.”

            “No, I mean Walter…tell me exactly how excited. Be specific. Like really excited. Or really really excited?”

            “Hmm, eight reallys excited.”

            “Nooo. Eight reallys? I don’t believe you. You’re only…let me see your eyes, three reallys.”

            “How would you know.”

            “But maybe if I poke you in the armpit you might be four reallys…” and as I started laughing she kept her face serious, squinting her eyes, as she slowly moved her finger towards my armpit.

            “Don’t go in there, your finger might not come out…”

“Oooo. Now I’m curious…” And in the middle of the ship’s greenhouse, while people nearby were picnicking in the miniature bio-sphere, I trapped her finger in my armpit and we tickled each other and rolled around. I know it’s one of those simple, silly things that couples have together, inside jokes that only they understand. But my wife could always make me laugh, no matter where we were, what was happening, and I loved that about her.

The creature-insect is less than twenty feet away. The stench is so overwhelming I taste a hint of it in the back of my throat, a mix between rotten sashimi and skunked beer. My thoughts plummet into darkness and I wonder: what if my wife is somehow still alive? What if she has managed to escape this creature? This thought galvanizes my stupefaction. The insect didn’t react when I put out the fire, nor when I hauled my supplies on my back, and even though there is nowhere to run, the insect seems to be moving haphazardly, without an object. If there is any chance my wife is still out there, I need to survive, I can’t wait here like a sitting a duck. I always promised her I’d be the first one to die…

I fix my sack of supplies more firmly on my shoulder, take a breath, and jump out of the crevice-cave, directly towards the insect. The moment I leave the little cavern in the rubble, the insect-creature shoots a centipede-tentacle towards where I’d been standing. I sprint towards the left edge of the mass, not knowing what will happen, and when I am ten feet away, prepared to tackle into the squirming creature, the thing leaps towards the cave, following its arm, attaching itself to the wreckage.

I keep running into the darkness, away from the spaceship across the field. I can’t believe my luck, but as I turn my head to see if the insect is following me, I trip. A screech (like metal scraping metal) erupts from the creature and I see it shooting towards me, huddling and rapidly slumping over the grass. “This is it,” I think, but the giant insect stops twenty feet away and begins sort of spinning, or gyrating. Gradually, the creature sinks into the ground and disappears.

Slowly, I stand up and walk cautiously to where the insect has burrowed. There’s a giant, circular pit in the ground, the same kind of smooth, abyss-like pit I saw on top of the cliff where my landing pod crashed. Why did it burrow when it was on the verge of killing me?

As if in answer to my question, I hear a Sniff Sniff. Son of a bitch… But as I turn I see, in the light of the four, green moons something that I can only describe as…cute and cuddly. A long, furry creature is trotting on eight, tiny legs towards the pit, sniffing the ground constantly. The thing resembles a basset hound, with floppy ears sweeping the grass. It has a pink snout, with a three-nostril nose at the tip, but no eyes, and a fat, swinging belly. It sniffs the edge of the pit, then moves towards me, the ears flopping up to its nose, as if they are attracted to it by a force. On an impulse, I get on my knees and give it a rub behind the floppy ears as if it is actually a dog. I can’t help myself. I love dogs. And this creature somehow exudes safety and goodness. While I scratch the floppy ears, the creature purrs like a cat and gives me kisses with a long, purple tongue. I see sharp fangs glint in the green moonlight.

The eyeless, purple-tongued basset creature trots back over to the pit, tilts on to its side, and shoots sparkling liquid into the abyss. I think I heard a distant, echoing screech. The basset returns to my side, licks my calf, and trots the direction it came. I decide to follow this cute companion. My instinct tells me that following this animal is my best chance at survival. 

While following this dog-like animal, who I’ve named Bunky, my thoughts return to my wife. Until I find irrevocable evidence that she is dead, I will continue to stay alive and keep searching, fighting against (or running away from) whatever I come across. If I find other members of the ship (or somehow make to the city that was supposed to be under construction by Migration Wave #1) who confirm that she has been killed, then I’ll commit suicide. That’s always been the plan between us…or least, the plan I told her, and which she constantly argued against. 

My wife is 16 years older than me. As we were falling in love, we discussed her dying before me and thinking about how I could survive without her. I wouldn’t want to. I’d kill myself soon after she was gone. I don’t have any friends and in general I don’t like people. So, after this lighthearted discussion on who would die first, I immediately start working like crazy, hardly sleeping, taking X30 stimulants, so that my body would give up before her body and so we could potentially live in luxury and comfort in the present… 

That’s why my wife wanted to have a child. So that when she passed away, I would still have someone to love, something to live for, a piece of her left behind. But when we met she was 41 and only producing fragile eggs that couldn’t hold (she had led a wild and exhausting life between 20-40, she had 2 miscarriages), so we were too late. For weeks she cried against my hairy chest every night in bed, telling me that if I wanted a family, if I wanted a child, to just leave now, to not waste her time. I told her no. There was only her. My love. I didn’t care about a child or a family. I told her that it made no difference to me whether or not we went on adventures just the two of us, or with a child in tow. If anything, a child could hold us back. She didn’t believe me. She saw how I loved dogs and children. She fell into a deep depression.

That’s when I started applying for us travel to Kepler 852-b, as part of the Great Migration wave #2. I figured that if we couldn’t have children, we might as well take advantage of the fact and voyage to a new planet. Secretly, during my breaks at work, I worked relentlessly hard on our application, calling the right people to give us the best chance. Somehow, we were accepted, and when I told my wife she burst into tears of happiness. 

Before being put in deep sleep on the spaceship, I reminded my wife of my pact: if she died before me on this planet, I was following her soon after. I don’t believe in an afterlife, but nor do I believe in a life worth living without her. She said, “No, if I die before you, I want you to find an alien wife on Kepler 852-b. Promise?”

“No.”

While lost in these thoughts, I notice that Bunky and I are approaching a jungle. He slips through the thick foliage. On the other side, in the shards of moonlight, I see a small clearing and a small nest, where Bunky plops down and immediately starts snoring. I guess now I wait, I think, for Bunky to wake up. Surveying my surroundings, I see that there are colorful vines hanging from the trees, violet and orange, and web-like threads connecting the branches and trunks. The moonlight is dim in this enclosure, the shadows seem to contain unspeakable dangers, hidden malice, and I feel uneasy. 

*Crack* *Shkt**Crack**Crack**Shkt**Snap*…something is bushwhacking nearby. I hurriedly pull out my little axe (why didn’t the NASA scientists pack a gun or some sort of projectile?!) Bucky is still in a deep slumber. I nudge his belly with my foot and he grumbles. No help from Bunky. 

The noise is getting louder. It’s approaching. Without thinking, I stupidly yell, “Stop! Who’s there? What’s there?” Silence. I ready myself. At the other end of the clearing the foliage parts, and a man stumbles towards me, a man I know…

“We…we don’t belong…here,” he splutters, as he trips and almost falls. In the moonlight I see that his face is dirty and scratched, his clothes torn, his darting eyes wild, and his mouth drippling spit. “They…they sent us here…to die…how can we…” The contrast between the wreck of the man before me, and the man I knew, is almost too much to bear.

“Captain Premidaire?” The last time I saw this man he was giving a magnificent speech in front of the entire crew of the spaceship, before we all went to our deep-sleep chambers. Preston Premidaire, the leader of Migration #2. He had been clean-cut, perfectly-dressed with glittering badges on his uniform, with a charming smile. He was one of the most respected military generals on Earth.

“Aye, my friend, fancy a wouldayouknow place?”

“A what? Where is everyone else on the ship? What happened?” For a moment the disoriented general seemed to concentrate and he looked at me with grim determination.

“We escaped, there was so much, you have to find the, go now because I won’t abandon the calling to-” he collapses in the clearing and I rush to lift him up. 


Subscribe below…

Perdu sur Kepler 852-b (Chapitre 3 : Contact)

(To read the English version, click here.)

Thanks to Jonas Büttner (Instagram: @poly4g) for sharing his artwork.


            J’ai toujours voulu choisir ma dernière pensée avant de mourir. J’ai toujours voulu que ce soit la première fois que j’ai embrassé ma femme dans un bar miteux, après avoir acheté des cigarettes dans une bodega. Le bar miteux était l’un des rares endroits du secteur 33 de la ville à autoriser les habitués à fumer dans une arrière-salle après minuit. Je pensais, à l’époque, que ma femme ne m’aimait pas beaucoup. Elle semblait nerveuse pendant le dîner, détournant constamment le regard, grimaçant pratiquement lorsque je parlais, fixant son body-suit translucide, et ne riait pas beaucoup à mes mauvaises blagues. Je pensais qu’elle ne supportait ma mauvaise compagnie pour la nuit que parce que nous avions un ami commun qui nous avait arrangé le coup. Je me suis dit : ” Ouais, c’est reparti, encore une femme qui s’ennuie avec un concierge médiocre dont le seul hobby est d’écrire un stupide blog de science-fiction. Je ne suis pas du tout à la hauteur.” Mais tout en fumant et en admirant son beau visage dans l’ombre, ses regards mystérieux, en laissant le silence s’installer entre nous, j’ai senti la flamme du courage et j’ai pensé : “Pourquoi pas ? Dans le pire des cas, elle me renie et j’avance comme je l’ai toujours fait”, et je me suis approché progressivement pour l’embrasser. Quand je me suis approché, ses lèvres se sont écartées, ses yeux ont semblé s’enflammer, puis elle a répondu avec une passion sauvage, inattendue, en saisissant mes cheveux et en m’attirant. Nous sommes rentrés chez moi et nous n’avons pas quitté mon studio exigu du Bronx pendant trois jours, tous les deux en arrêtant de travailler. Je ne savais même pas que j’avais ça en moi. Elle a éveillé un désir que je n’aurais jamais cru possible, quelque chose de primitif qui me dépassait, ou qui était peut-être caché au plus profond d’un recoin inexploré de mon âme. Et depuis ce moment, nos vies ont été verrouillées, fusionnées, et entrelacées.

            Mais alors que cette horrible créature glisse, clique et aspire vers moi, sur cette planète à 64 années-lumière de la Terre, mon esprit perd le contrôle. Vous vous souvenez quand j’ai dit que je détestais les insectes ? Eh bien, cette créature est quelque chose entre une mante religieuse géante et une masse se tortillant, se tordant de tentacules semblables à des mille-pattes, de tendons gluants et de pinces cliquetantes. C’est comme un saule pleureur grotesque et frémissant avec quelque chose qui se métamorphose ou qui est torturé et essaie de s’échapper à l’intérieur. Mais après le premier moment de terreur, la certitude que cette abomination extraterrestre va me tuer (la créature est si massive qu’il n’y a nulle part où s’enfuir), qu’elle a tué tout le monde sur le vaisseau, je ressens une étrange séparation d’avec mon corps. Un mécanisme de défense, peut-être, contre l’horreur, contre l’attente d’avoir la peau arrachée à l’os. Je pense soudain à la dernière fois où ma femme m’a fait rire, la veille du jour où le vaisseau s’est écrasé sur cette planète. Me concentrant sur le souvenir pour empêcher ma descente dans le noir, j’éteins mécaniquement le feu, comme si quelqu’un d’autre le faisait, je transporte mes provisions sur mon dos, puis je ferme les yeux alors que la créature se déplace sur les débris du vaisseau. Je me souviens que je parlais de mon enthousiasme à découvrir cette nouvelle planète, à commencer une nouvelle vie avec elle, et ma femme m’a fait un de ses sourires malicieux et a dit,

            “Mais à quel point es-tu excité ?”

            “Vraiment excité.”

            “Non, je veux dire Walter… dis-moi exactement à quel point tu es excité. Sois précis. Comme très excité. Ou vraiment vraiment excité ?”

            “Hmm, huit vraiment excité.”

            “Nooon. Huit vraiment ? Je ne te crois pas. Tu es seulement… laisse-moi voir tes yeux, trois vraiment.”

            “Comment tu pourrais le savoir ?”

            “Mais peut-être que si je te pique dans l’aisselle, tu pourrais être quatre vraiment…” et comme je commençais à rire, elle a gardé son visage sérieux, plissant les yeux, tandis qu’elle déplaçait lentement son doigt vers mon aisselle.

            “N’y va pas, ton doigt pourrait ne pas ressortir…”

“Oooo. Maintenant je suis curieux…” Et au milieu de la serre du vaisseau, alors que les gens à proximité pique-niquaient dans la bio-sphère miniature, j’ai coincé son doigt dans mon aisselle et nous nous sommes chatouillés et roulés. Je sais que c’est l’une de ces choses simples et stupides que les couples font ensemble, des plaisanteries internes qu’ils sont les seuls à comprendre. Mais ma femme a toujours réussi à me faire rire, peu importe où nous étions, ce qui se passait, et j’aimais ça chez elle.

La créature-insecte est à moins de six mètres. La puanteur est si forte que j’en sens un soupçon au fond de ma gorge, un mélange de sashimi pourri et de bière empoisonnée. Mes pensées s’enfoncent dans l’obscurité et je me demande : et si ma femme était encore en vie ? Et si elle avait réussi à échapper à cette créature ? Cette pensée galvanise ma stupéfaction. L’insecte n’a pas réagi lorsque j’ai éteint le feu, ni lorsque j’ai transporté mes provisions sur mon dos, et même s’il n’y a nulle part où fuir, l’insecte semble se déplacer au hasard, sans objet. S’il y a une chance que ma femme soit encore dehors, je dois survivre, je ne peux pas attendre ici comme une cible facile. Je lui ai toujours promis que je serais le premier à mourir…

Je fixe plus fermement mon sac de provisions sur mon épaule, je respire et je saute hors de la caverne crevassée, directement vers l’insecte. Au moment où je quitte la petite caverne dans les décombres, l’insecte-créature lance un tentacule de mille-pattes vers l’endroit où je me tenais. Je sprinte vers le bord gauche de la masse, ne sachant pas ce qui va se passer, et lorsque je suis à trois mètres, prêt à m’attaquer à la créature qui se tortille, la chose bondit vers la grotte, suivant son bras, s’attachant aux décombres.

Je continue à courir dans l’obscurité, loin du vaisseau spatial à travers le champ. Je n’arrive pas à croire à ma chance, mais alors que je tourne la tête pour voir si l’insecte me suit, je trébuche. Un cri (comme le métal qui racle le métal) jaillit de la créature et je la vois tirer vers moi, se blottir et s’affaisser rapidement sur l’herbe. Je pense que c’est la fin, mais l’insecte géant s’arrête à une vingtaine de mètres et se met à tourner, ou à tournoyer. Petit à petit, la créature s’enfonce dans le sol et disparaît.

Lentement, je me lève et marche prudemment vers l’endroit où l’insecte s’est enfoncé. Il y a une énorme fosse circulaire dans le sol, le même genre de fosse lisse et abyssale que j’ai vue au sommet de la falaise où ma capsule d’atterrissage s’est écrasée. Pourquoi s’est-il enfoui alors qu’il était sur le point de me tuer ?

Comme en réponse à ma question, j’entends un “sniff sniff”. Fils de pute… Mais en me retournant, je vois, dans la lumière des quatre lunes vertes, quelque chose que je ne peux que décrire comme… mignon et câlin. Une longue créature en fourrure trotte sur huit petites pattes vers la fosse, reniflant constamment le sol. La chose ressemble à un basset, avec des oreilles tombantes balayant l’herbe. Elle a un museau rose, avec un nez à trois narines au bout, mais pas d’yeux, et un gros ventre qui se balance. Il renifle le bord de la fosse, puis s’avance vers moi, les oreilles remontant sur son nez, comme si elles étaient attirées par une force. Sur une impulsion, je me mets à genoux et je le caresse derrière les oreilles tombantes, comme s’il s’agissait d’un chien. Je ne peux pas m’en empêcher. J’aime les chiens. Et cette créature respire en quelque sorte la sécurité et la bonté. Pendant que je gratte les oreilles tombantes, la créature ronronne comme un chat et me fait des bisous avec sa longue langue violette. Je vois des crocs pointus qui brillent dans la lumière verte de la lune.

La créature basset sans yeux et à la langue violette trotte jusqu’à la fosse, se penche sur le côté et projette un liquide étincelant dans l’abîme. Je crois avoir entendu un cri lointain, en écho. Le basset revient à mes côtés, lèche mon mollet, et trotte dans la direction d’où il est venu. Je décide de suivre cet adorable compagnon. Mon instinct me dit que suivre cet animal est ma meilleure chance de survie. 

En suivant cet animal ressemblant à un chien, que j’ai appelé Bunky, mes pensées reviennent à ma femme. Jusqu’à ce que je trouve des preuves irrévocables qu’elle est morte, je continuerai à rester en vie et à chercher, en luttant contre (ou en fuyant) tout ce que je rencontrerai. Si je trouve d’autres membres du vaisseau (ou si je parviens d’une manière ou d’une autre à atteindre la ville qui était censée être en construction lors de la première vague de migration) qui confirment qu’elle a été tuée, alors je me suiciderai. Cela a toujours été le plan entre nous… ou du moins, le plan que je lui ai dit, et contre lequel elle s’est constamment battue.

Ma femme a 16 ans de plus que moi. Alors que nous tombions amoureux, nous avons discuté du fait qu’elle mourrait avant moi et nous nous sommes demandé comment je pourrais survivre sans elle. Je ne le voudrais pas. Je me tuerais peu après son départ. Je n’ai pas d’amis et en général, je n’aime pas les gens. Donc, après cette discussion légère sur qui mourrait en premier, je me mets immédiatement à travailler comme un fou, à dormir à peine, à prendre des stimulants X30, pour que mon corps s’abandonne avant le sien et que nous puissions potentiellement vivre dans le luxe et le confort du présent…

C’est pourquoi ma femme voulait avoir un enfant. Pour qu’à sa mort, j’aie encore quelqu’un à aimer, une raison de vivre, un morceau d’elle laissé derrière moi. Mais lorsque nous nous sommes rencontrés, elle avait 41 ans et ne produisait que des ovules fragiles qui ne pouvaient pas tenir (elle avait mené une vie sauvage et épuisante entre 20 et 40 ans, elle avait fait deux fausses couches), nous sommes donc arrivés trop tard. Pendant des semaines, elle a pleuré contre ma poitrine velue tous les soirs au lit, me disant que si je voulais une famille, si je voulais un enfant, je devais partir maintenant, ne pas perdre son temps. Je lui ai dit non. Il n’y avait qu’elle. Mon amour. Je me fichais d’un enfant ou d’une famille. Je lui ai dit que cela ne faisait aucune différence pour moi que nous partions à l’aventure juste tous les deux, ou avec un enfant. Au contraire, un enfant pourrait nous freiner. Elle ne m’a pas cru. Elle a vu combien j’aimais les chiens et les enfants. Elle est tombée dans une profonde dépression.

C’est alors que j’ai commencé à demander à ce que nous voyagions vers Kepler 852-b, dans le cadre de la vague #2 de la Grande Migration. Je me suis dit que si nous ne pouvions pas avoir d’enfants, autant en profiter pour voyager vers une nouvelle planète. Secrètement, pendant mes pauses au travail, j’ai travaillé sans relâche sur notre candidature, appelant les bonnes personnes pour nous donner les meilleures chances. Nous avons été acceptés et lorsque je l’ai annoncé à ma femme, elle a fondu en larmes de bonheur.

Avant d’être plongé dans un profond sommeil à bord du vaisseau spatial, j’ai rappelé à ma femme mon pacte : si elle mourait avant moi sur cette planète, je la suivrais peu après. Je ne crois pas à une vie après la mort, mais je ne crois pas non plus à une vie digne d’être vécue sans elle. Elle m’a répondu : “Non, si je meurs avant toi, je veux que tu trouves une épouse extraterrestre sur Kepler 852-b. Promis ?”

“Non.”

Alors que je suis perdu dans ces pensées, je remarque que Bunky et moi approchons d’une jungle. Il se glisse à travers le feuillage épais. De l’autre côté, dans les éclats de lune, je vois une petite clairière et un petit nid, où Bunky s’affale et se met immédiatement à ronfler. Je suppose que maintenant j’attends, je pense, que Bunky se réveille. En examinant mon environnement, je vois qu’il y a des lianes colorées accrochées aux arbres, violettes et orange, et des fils en forme de toile qui relient les branches et les troncs. Le clair de lune est faible dans cet enclos, les ombres semblent contenir des dangers indicibles, une malice cachée, et je me sens mal à l’aise.

*Crack* *Shkt**Crack**Crack**Shkt**Snap*… quelque chose fait du bushwhacking à proximité. Je sors précipitamment ma petite hache (pourquoi les scientifiques de la NASA n’ont-ils pas emporté un fusil ou une sorte de projectile ? !) Bucky est toujours dans un profond sommeil. Je pousse son ventre avec mon pied et il grogne. Aucune aide de la part de Bunky. 

Le bruit devient plus fort. Il s’approche. Sans réfléchir, je crie bêtement : “Stop ! Il y a quelqu’un ? Qu’est-ce qu’il y a ?” Le silence. Je me prépare. À l’autre bout de la clairière, le feuillage s’interrompt et un homme s’avance vers moi en titubant, un homme que je connais…

“Nous… nous n’avons rien à faire… ici”, bafouille-t-il en trébuchant et en tombant presque. À la lumière de la lune, je vois que son visage est sale et égratigné, ses vêtements déchirés, ses yeux vifs et sauvages, et sa bouche dégoulinante de salive. “Ils… ils nous ont envoyés ici… pour mourir… comment pouvons-nous…” Le contraste entre l’épave de l’homme devant moi, et l’homme que je connaissais, est presque trop dur à supporter.

“Capitaine Premidaire ?” La dernière fois que j’ai vu cet homme, il faisait un magnifique discours devant tout l’équipage du vaisseau spatial, avant que nous ne rejoignions tous nos chambres de sommeil profond. Preston Premidaire, le chef de la migration n°2. Il était propre sur lui, parfaitement habillé avec des badges étincelants sur son uniforme, avec un sourire charmant. C’était l’un des généraux militaires les plus respectés sur Terre.

“Oui, mon ami, ça te dirait d’aller dans un endroit que tu connais ?”

“Un quoi ? Où sont tous les autres sur le vaisseau ? Que s’est-il passé ?” Pendant un moment, le général désorienté a semblé se concentrer et il m’a regardé avec une détermination sinistre.

“Nous nous sommes échappés, il y avait tellement de choses, tu dois trouver les, vas-y maintenant parce que je n’abandonnerai pas l’appel à-” il s’effondre dans la clairière et je me précipite pour le relever. 


Subscribe below:

Perdu sur Kepler 852-b (Chapitre 2 : Descente et découverte)

(To read the English version, click here.)

            Bon maintenant je dois descendre cette falaise massive qui ressemble à ce putain d’El Capitan dans le parc de Yosemite. Le problème c’est que… depuis que je suis tombé d’un toit à l’âge de 18 ans en essayant d’impressionner ma copine avec un pique-nique composé du chocolat et des pétales de fleurs éparpillés, j’ai une peur viscérale des hauteurs. Mes membres se mettent à trembler violemment lorsque je regarde par-dessus bord.

            Le deuxième problème c’est que je n’ai jamais vraiment fait d’escalade dans ma vie. Quand j’avais vingt-neuf ans, j’ai emmené ma femme dans un de ces lieux d’escalade en salle lors d’un de nos premiers rendez-vous. Nous avons fait quelque chose qu’elle a appelé “free soloing”, ce qui signifie que nous avons grimpé sans corde. Elle avait l’air très sexy quand elle m’a botté le cul, naviguant comme un singe sur ces poignées colorées et amibiennes. J’avais déjà commencé à tomber amoureux d’elle à ce moment-là. Je suis assez fort, et je peux me débrouiller quand il s’agit d’activités sportives de loisir, mais j’ai appris une leçon importante ce jour-là quand il s’agit d’escalade : c’est plus une question de technique que de force brute. Il vaut mieux rester près du mur, être patient et prendre son temps. J’ai aussi appris : ne grimpez pas trop agressivement, sinon vos mains et vos membres se blesseront, deviendront inutiles, puis vous deviendrez imprudent. Imprudent = mauvais.

            Ma peur des hauteurs et mon manque de compétences en escalade font que je ne veux pas grimper quand il fait nuit, et je ne veux pas construire un de ces hamacs suspendus au milieu de la falaise. 1.) Parce que j’emmerde ça 2.) Parce que ce serait dangereux et que je ne dormirais pas. Je vais manquer de sommeil, je ferai probablement une erreur plus tard, et je mourrai.

            Donc je dois déterminer combien de lumière du jour il reste et à quelle vitesse je grimpe. Si je n’ai pas assez de lumière du jour, je descendrai demain à la pointe du jour.

           Pendant que ces pensées me traversent l’esprit, je réalise quelque chose qui me remplit de terreur : le cliquetis s’est arrêté, mon environnement est maintenant complètement silencieux. J’ai l’impression d’être dans un film d’horreur bon marché, juste avant que l’un des personnages les moins importants ne soit entraîné dans l’oubli/un autre film de second ordre. Mais malgré ma peur bleue, j’ai une idée. Ce silence me donne l’occasion de tester quelque chose…

           Je trouve un rocher à proximité, j’ouvre le chronomètre de ma tablette, je marche jusqu’au bord de la falaise, puis j’appuie sur “Démarrer” en même temps que je lâche le rocher. J’attends et j’écoute le faible impact : 5,6 secondes. Je le fais encore cinq fois et je prends la moyenne : 5,4 secondes. Avec ces informations, je peux faire un peu de physique.

            La seule autre chose dont je me souvienne de mon cours de physique au lycée, c’est quand j’ai écrit dans la marge de mon test final : Restez positif, restez positif, restez positif. Lorsque j’ai reçu mon “0/20“, j’ai vu que le professeur, le Dr. Blondel, avait écrit à côté de mon message en marge : Travaillez ! Travaillez ! Travaillez ! Je sais que vous pouvez obtenir un diplôme ! Eh bien, M. Blondel, même si j’ai abandonné le lycée, me voilà en train de lâcher des pierres sur une planète extraterrestre et de travailler. Vous êtes heureux maintenant ? !

            Sur ma tablette, je vérifie que cette planète a à peu près le même champ gravitationnel que la terre, ce qui fait que les objets tombent à la vitesse de 9,8 Newton/kilogramme (il doit y avoir un gravimètre intégré à l’intérieur). En supposant que Kepler-852b a également la même résistance à l’air (s’il vous plaît, Jésus de l’espace, faites que ce soit vrai, s’il vous plaît), je fais un dessin sur la tablette. J’ai décidé de donner un nom à cette falaise ressemblant au Yosemite d’El Capitan pour l’éternité, La Montagne de Merde

            Comme l’accélération d’un objet dépend à la fois de la force et de la masse, la masse s’annule et j’obtiens g m/s au carré. Ensuite, je cherche et je trouve une autre équation sur la tablette pour trouver la hauteur et j’écris h = force gravitationnelle multiple par le temps au carré divisée par 2. Ma hauteur est donc 9,8 fois (5,4) au carré, le tout divisé par 2 = 142 mètres. Fait amusant : j’ai tapé impulsivement 142 mètres dans la barre de recherche et j’ai trouvé une image de ” La falaise meurtrière “, une falaise sur Traelanípan (une île entre l’Angleterre et l’Islande), également connue sous le nom de ” La falaise des esclaves “, où la légende dit que les Vikings avaient l’habitude de repousser les esclaves et les criminels. Intéressant ! La voici :  

            El Capitan Yosemite fait en fait 900 mètres de haut, soit environ six fois plus que la falaise que je m’apprête à descendre. D’accord, j’exagère un peu.

            Maintenant, pour déterminer la quantité de lumière du jour qui reste, je vais utiliser la tablette de confiance. Allez Walter, concentre-toi.

            Contrairement à la Terre, qui tourne une fois toutes les 24 heures, cette planète tourne une fois toutes les 48 heures. Pourquoi ? J’ai appris au cours de mon voyage que la vitesse de rotation d’une planète est déterminée par le moment angulaire initial de la planète lors de sa formation (ma femme et moi avons vu à un “exposé scientifique” pendant le voyage). Notre terre est probablement entrée en collision avec une autre planète à l’époque, ce qui nous a donné notre lune et a probablement ralenti la rotation de la terre. Peut-être que cette Kepler 852-b a été frappée par deux planètes… ou par le gros cul de ta mère. En tout cas, j’ai trouvé sur la table une application appelée “Déterminer l’heure du coucher du soleil sur la planète.” Elle me demandait de prendre une vidéo de l’horizon de la planète puis de me déplacer vers le soleil de la planète. Pendant que je fais cela, je vois la tablette calculer l’angle. Ensuite, je dois taper ma position en latitude (en supposant que le vaisseau écrasé ne s’est pas trop éloigné de sa trajectoire, j’utilise la latitude que nous avons apprise lors des briefings du voyage : 31 degrés). L’application détermine donc qu’il me reste environ 10 heures de jour. A noter qu’en raison de l’inclinaison relativement importante de cette planète (44 degrés, soit presque le double de celle de la Terre qui est de 23,5 degrés) et de sa révolution rapide (1 rotation complète chaque semaine), les saisons changent beaucoup plus vite que sur Terre, mais je m’en soucierai plus tard (la température n’a cessé de se refroidir).  

            Dernière étape : voyons à quelle vitesse ce petit garçon peut se déplacer.

            Heureusement, les 300 mètres de filament de fer et les 30 mètres de corde que la NASA m’a donnés ont des petites marques tous les mètres. Merci, NASA, d’avoir pensé à ce détail.

            Si je peux descendre à une moyenne de 20 mètres par heure, je devrais pouvoir arriver au fond avant le coucher du soleil avec un peu de temps en réserve (3 heures pour atteindre le navire). Mais cela me donne probablement plus de crédit que je ne le mérite.

            Maintenant, la partie la plus importante, comment descendre avec toute ma merde. Je tape dans la barre de recherche de ma tablette : comment descendre une falaise ? Oui, je suis vraiment un amateur.

            La première vidéo qui est apparue était Les bases du rappel 101. Très bien, qu’est-ce que le rappel ?

            Descendre une paroi rocheuse ou une autre surface quasi verticale à l’aide d’une double corde enroulée autour du corps et fixée à un point plus élevé. Oui ! Connaissance !

            On dirait que je vais devoir fabriquer un harnais en utilisant le filament de fer et le filet. Cela va m’écraser des couilles. Mais mieux vaut avoir écrasé des couilles et continuer à être en vie. 

          De plus, j’aurai besoin de ce truc de rappel pour pouvoir le récupérer. Je regarde donc une autre vidéo sur la façon de monter un ancrage de rappel récupérable. Oui, ces tablettes contiennent des millions de vidéos. Merci encore à la NASA, bande d’enfoirés intelligents et débrouillards !

            Ok, je dois donc construire un noeud fantôme, qui est un noeud qui m’empêchera de tomber de la falaise en descendant, mais qui sera aussi récupérable si je tire dessus très fort plusieurs fois.

            L’horloge fait tic-tac, comme d’habitude , alors je crée immédiatement un ancrage au sommet en coupant puis en attachant de longues bandes de fil de fer à deux arbres, créant ainsi un triangle (pour répartir le poids qui tirera dessus lors de la descente initiale). Ces bandes de filaments de fer devront être laissées derrière. 

            Je prends donc la partie centrale de la corde, que j’ai doublée en forme de “U”, et je l’enroule autour de l’ancre, de sorte qu’elle ait la forme d’un sucre d’orge. Ensuite, je prends une des cordes du “U” (les deux sont parallèles au sucre d’orge) et je l’enfile dans le fond du sucre d’orge en “U”, en tirant simultanément sur l’autre corde pour former le nœud. Je le fais huit fois. Nœud fantôme…terminé. Quand je veux récupérer la corde pendant la décente, je dois tirer sur une des cordes plusieurs fois, en attendant de sentir un “pop” à chaque fois que le nœud se casse, jusqu’à ce que tous les nœuds soient faits et que la corde tombe pour retrouver papa. 

            Mais maintenant, je dois créer quelque chose pour soulager la tension de la corde en descendant, afin de ne pas défaire le nœud fantôme involontairement en descendant la falaise et en devenant un fantôme. Je vais essayer de limiter la force de traction sur la corde en m’accrochant aux crevasses et aux rochers, mais en regardant en bas, je vois que la falaise n’a pas toujours d’endroits où je peux m’accrocher, alors je vais devoir compter sur l’ancre au sommet (ou à l’endroit où je m’attacherai plus tard) pour soutenir mon corps et mes provisions.

            Je tape dans la tablette : les fournitures essentielles pour le rappel. Je trouve quelque chose qui ressemble à un ” dispositif d’assurage”, qui ressemble à quelque chose attaché à mon couteau multi-usage. Je vais m’en servir. J’y fais passer ma double corde. Je tremble en faisant cela, en pensant à l’une de mes chansons de rap préférées : j’suis dans le premier Mario, À chaque fois, j’crois que j’ai fini le jeu, ça repart à zero.

            Souviens-toi, Walter : tu dois toujours rester perpendiculaire au rocher. Ne gaspille pas l’énergie. Suis ta progrès. 

            Afin d’éviter que le filament de fer et le filet ne me coupent l’aine, j’utiliserai un sac de couchage comme partie du harnais. Ah oui, c’est beaucoup mieux. Mes couilles seront sauvées ! J’ai aussi coupé un peu plus de filaments de fer pour créer cinq mousquetons de fortune, qui me bloqueront dans la corde. C’est parti …

            6 heures plus tard…

            J’ai avancé plus vite que je ne le pensais, assez vite pour justifier une descente aujourd’hui au lieu d’attendre demain, mais ce n’était pas amusant, et je ne veux pas en parler. Je suis épuisé. Mais le soleil de Kepler 852-b est sur le point de se coucher et j’aimerais atteindre le vaisseau spatial avant la nuit. Je mange un tube d’énergie (29 restant) et ça a le goût de sirop contre la toux aromatisé au bubblegum (peut-être que la NASA n’a pas pensé à tout, ou peut-être qu’il y a un compromis entre le goût et la densité des calories) et je fais du jogging en direction du navire. Mon environnement est encore silencieux.

            Le terrain est semblable aux prairies de la Terre, avec quelques rochers ici et là. Après deux heures de jogging, je vois quelque chose qui ressemble à un morceau du vaisseau, une aile, qui dépasse du sol. Souvenez-vous, le navire transportait 300 humains. Ce putain de truc est énorme.

            J’arrive au vaisseau, m’attendant stupidement à une fête de bienvenue. “Monsieur Wanky ! Vous êtes vivant ! Où diable étiez-vous ?!” Mais il n’y a personne ici. On dirait que la chose a été vidée de son contenu. En se promenant, en criant : “Il y a quelqu’un ?” je vois quelque chose qui me fait tomber à terre, à genoux.

            

Os. Les os humains. Mais pas le genre d’os auquel on s’attend, avec des restes de corps dessus, mais des os d’un blanc éclatant, comme s’ils avaient été aspirés après un concours de mangeurs d’ailes de poulet. Ils sont éparpillés dans l’épave. Qu’est-ce qui s’est passé, putain ?  

            J’arrive à peine à comprendre à quoi ressemblait le vaisseau spatial. Quelque chose de vraiment gros a dû attaquer ce vaisseau après son écrasement.  

            Je dois espérer que certaines personnes se sont échappées. Il y a beaucoup d’os, mais pas assez pour 300 humains, je pense. Je dois avertir les survivants que je suis toujours en vie. Je dois faire un feu.

            Je vais faire un feu et me cacher dans l’épave. Comme ça, si un extraterrestre monstrueux revient pour me manger, je me cacherai et j’espère être en sécurité. Je compte sur les extraterrestres qui ont un faible sens de l’odorat, parce que je sens déjà comme le cul d’un rat.

            Je scrute l’épave et je trouve une petite caverne en haut d’un tas de décombres. J’y cache toutes mes provisions, puis je cherche des choses inflammables. Après une heure de recherche, je trouve quelques livres (le navire contenait une bibliothèque sur papier). Il y a aussi quelques bâtons en forme de brindilles sur le sol à l’extérieur du périmètre du navire écrasé. Après avoir regardé un court tutoriel sur la meilleure façon de faire un feu, j’arrache les pages (Seul sur Mars d’Andy Weir) et les enfonce sous une petite cabane en brindilles. Ensuite, je fais le feu en utilisant la barre de fer, aussi appelée ferrocérium. L’alliage (70 % de cérium et 30 % de fer) produit des étincelles lorsqu’il est rayé par ma lame en acier au carbone. Les minuscules copeaux sont oxydés et voilà : le feu. Mais le feu est vert et sent les ordures. Baaahhh, ça veut dire que c’est toxique ? En tous cas, je retourne à ma cachette. Le soleil s’est complètement couché. Il est temps d’attendre.

            Pendant vingt minutes, je fixe le petit feu vert, priant à nouveau Jésus de l’espace, regardant la fumée s’élever dans le ciel rempli d’étoiles. Heureusement, les brindilles (j’ai tapé : qu’est-ce que le feu vert ? dans ma tablette : contient potentiellement du sulfate de cuivre ou de l’acide borique) brûlent lentement. Faites en sorte qu’un humain puisse voir cela et savoir que je suis en vie. S’il vous plaît, laissez ma femme voir ça, si elle a réussi à s’en sortir…

            J’entends un bruit bizarre de succion, de glissement et de cliquetis au bord de l’ombre. Ce cliquetis et cette succion ressemblent aux bruits que j’ai entendus au sommet de La Montagne de Merde. Je retiens mon souffle.

            Quelque chose d’énorme émerge de l’ombre. Je fais de mon mieux pour ne pas crier d’horreur et de désespoir.

…Chapitre 3, à venir, abonnez-vous :

Lost on Kepler 852-b (Chapter 2: Descent and Discovery)

(Pour lire la version française, cliquez ici.)

            All right, so now I have to descend this massive cliff that looks like fucking El Capitan in Yosemite Park. Problem is… ever since I fell through a roof when I was eighteen while trying to impress my girlfriend with a rooftop picnic, complete with uneaten chocolate and scattered flower petals, I have a visceral fear of heights. My limbs start shaking violently while I look over the edge.

            Second problem is that I’ve never done any serious rock climbing in my life. When I was twenty-nine, I took my wife to one of those indoor rock-climbing places on one of our first dates. We did something she called, “Free soloing” which means we climbed without ropes. She looked sexy as hell as she kicked my ass, navigating those colored, amoeba-handles like a monkey. I had already started falling in love with her by then. I’m fairly strong, and I can hold my own when it comes to leisurely-athletic actives but I learned an important lesson that day when it comes to rock-climbing: it’s more about technique than brute force. Better to stay close to the wall, be patient, and take your time. I also learned: don’t climb too aggressively or your hands and limbs will get sore, become useless, then you’ll become careless. Careless = bad.

            My fear of heights and my lack of climbing skills means that I don’t want to be climbing when it’s dark, and I don’t want to construct one of those suspended-sleeping-hammocks in the middle of the cliff. 1.) Because fuck that 2.) Because that would be dangerous and I wouldn’t sleep. I’ll become sleep-deprived, probably make a mistake later, and die.

            So I need to figure out how much daylight is left and how fast I climb. If I don’t have enough daylight I’ll descend tomorrow at the butt-crack of dawn.

           While these thoughts rush through my head I realize something that fills me with terror: the clicking has stopped, my surroundings are now completely silent. It feels like that cheap-horror-film moment right before one of the less-important characters gets pulled into oblivion/another second-rate film. But despite being scared shitless, I have an idea. This silence gives me an opportunity to test something out…

           I find a rock nearby, open the stopwatch on my tablet, walk to the edge of the cliff, then press ‘start’ as I simultaneously drop the rock. I wait and listen for the faint impact: 5.6 seconds. I do this five more times and take the average: 5.4 seconds. With this information I can do some physics…

            Besides this rock trick, the only other thing I remember from physics class back in high school is when I wrote in the margins of my final test: Stay positive, stay positive, stay positive. When I received my ‘F’ back I saw that teacher, Dr. Wilson, had written next to my margin message: Do work! Do work! Do work! I know you can graduate! Well, Dr. Wilson, even though I dropped out of high school, here I am, dropping rocks on an extraterrestrial planet and doing work. Are you happy now?!

            On my tablet I verify that this planet has about the same gravitational field as earth, causing objects to fall at the rate of 9.8 Newton/kilogram (there must be a built-in gravimeter inside it). Assuming that Kepler-852b also has the same air resistance (please Space Jesus make this be true, please), I draw a picture on the tablet. I’ve decided to give this El Capitan Yosemite-like cliff a name for eternity, Ohfuckme: 

            Since the acceleration of an object depends on both the force and the mass, the mass cancels out and I get an acceleration of g meters per second squared. Then I search “Finding the height of a cliff through dropping a rock” and find another equation on the tablet for finding the height and write h = gravitational force (triangle – t) squared divided by 2. So my height is 9.8 times (5.4)squared, all divided by 2 = 142 meters. Fun fact: I impulsively type in 142 meters into the search bar and find an image of “The Killing Cliff” a cliff on Traelanípan (an island between England and Iceland), also known as the “The Slave Cliff,” where legend says that Vikings used to push slaves and criminals off. Interesting! Here it is: 

            El Capitan Yosemite is actually 900 meters/3000 feet high, about six times higher than the cliff I’m about to descend. All right, so I exaggerate a little bit.

            Now to determine how much daylight is left with the help of the trusty tablet. C’mon Walter, focus.

            Unlike earth, which rotates once every 24 hours, this planet rotates once every 48 hours. Why is this? I learned on part of the voyage here that the rotational speed of a planet is determined by the initial angular momentum of the planet when it was formed (my wife and I attended an optional ‘science talk’). Our earth probably collided with another planet back in the day, which gave us our moon and likely slowed down the earth’s rotation. Maybe this Kepler 852-b was hit by a couple of planets…or yo mama’s fat ass. In any case, I found an application on the table called: “Determine Time of Sunset on Planet.” It instructed me to take a video of the planet’s horizon then to shift up to the planet’s sun. While I am doing that I see the tablet calculating the angle. Then I have to type in my latitude location (assuming the crashed ship didn’t land too far off course, I use the latitude that we learned in the voyage briefings: 31 degrees). Okay, so the application determines that I have about 10 hours of daylight left. Side note, due to this planet’s relatively large tilt (44 degrees, almost double our Earth’s tilt of 23.5 degrees) and fast revolution (1 full rotation every week), the seasons change much faster than on earth, but I’ll worry about that later (the temperature has been getting steadily colder). 

            Final step: let’s see how fast this little boy can move.

            Luckily, the 300 yards of iron filament and 30 yards of rope that NASA gave me has little marks every meter. Thank you, NASA, for thinking of this detail.

            If I can descend an average of 20 meters/65 feet per hour, I should be able to make it to bottom before sunset with some time to spare (3 hours to reach the ship). But that’s probably giving me more credit than I deserve.

            Now, the most important part, how to descend with all my shit. I type into my tablet search bar: how to descend a cliff. Yes, I’m an amateur.

            The first video that popped up was Rappelling basics 101. All right, what’s rappelling:

            Descend a rock face or other near-vertical surface using a double rope coiled around the body and fixed at a higher point; also known as abseil. Knowledge!

            Looks like I’m going to have to make a harness using the iron filament and the net. This is going to crush my nuts. But better to have crushed nuts and continue being alive. 

          Also, I’ll need this rappelling/abseil thing to be retrievable. So I watch another video on How to Rig A Retrievable Rappelling Anchor. Yes, these tablets have millions of videos. Thank you again NASA, you intelligent, resourceful motherfuckers!

            Okay, so I have to construct a Ghost Knot, which is a knot that will keep me from falling down the cliff as I descend, but will also be retrievable if I pull hard on it a bunch of times…

            The clock is ticking, as usual, so I immediately create an anchor at the top by cutting then tying long strips of the iron filament to two trees, creating a triangle (to distribute the weight that will pull on it during the initial descent). These iron filament strips will have to be left behind.  

            So I take the center part of the rope, which I’ve doubled up in the shape of a ‘U’, and wrap it around the anchor, so it is in the shape of a candy cane. Then I take one of the ropes of the ‘U’ (the two are parallel to the candy cane) and thread it through the bottom of the ‘U’ candy cane, simultaneously pulling on the other rope to form the knot. I do this eight times. Ghost Knot…complete. When I want the rope back during the decent I’ll have to tug on one of the ropes repeatedly, waiting to feel a ‘pop’ as each knot breaks, until all the knots are popped and the rope falls down to reunite with daddy. 

            But now I need to create something to relieve the tension of the rope as I descend, so I don’t undo the Ghost Knot unintentionally as I climb down the cliff and become a ghost. I’ll be trying to limit how much I pull on the rope by holding on to the crevices and rocks, but looking down I see that the cliff doesn’t always have places for me to hold on to, so I’ll have to rely on the anchor at the summit (or wherever I tie myself to later on) to support my body and supplies.

            I type into the tablet: essential rappelling supplies. I find something that resembles a “belaying device,” that looks similar to something attached to my multi-use knife. I’ll use that. I thread my double rope through this. I’m shaking as I do this, palms sweaty, knees weak, about to vomit my mom’s spaghetti.

            Remember Walter: always keep yourself perpendicular to the rock. Don’t waste energy. Track your progress.

            In order to prevent the iron filament and net from cutting into my groin, I will use my sleeping bag as part of the harness. Ah yes, much better. My nuts will be saved! Also, I cut up a bunch more of the iron filament to create five, make-shift carabiners, which will lock me into the rope. Let’s do this…

            6 hours later…

            I moved faster than I thought I would, fast enough to justify a descent today instead of waiting until tomorrow, but that wasn’t fun, and I don’t want to talk about it. I’m exhausted. But the Kepler 852-b sun is about to set and I’d like to reach the ship before nightfall. I eat an energy tube (29 left) that tastes like bubble-gum cough syrup (maybe NASA didn’t think of everything, unless there’s a trade-off between taste and dense caloric content) and jog in the direction of the ship. My surroundings are still silent.

            The terrain is similar to earth’s grasslands, with a few rocks here and there. After two hours of jogging, I see something that looks like a piece of the ship, a wing, jutting out of the ground. Remember, the ship was transporting 300 humans. The thing’s fucking huge.

            I arrive at the ship, stupidly expecting a welcoming party. “Mr. Wanky! You’re alive! Where the hell were you?!” But there’s nobody here. It looks like the thing has been gutted. While wandering around yelling, “Is anyone there?” I see something that makes me fall to the ground, to my knees…

            Bones. Human bones. But not the kind of bones you’d expect, with remnants of bodies on them, but shiny-white bones, as if they were sucked clean after a chicken-wing eating contest. They are scattered throughout the wreckage. What the fuck happened?

            I barely make out what the ship used to look like. Something really big must have attacked this ship after it crashed.  

            I have to hope that some people escaped. There are a lot of bones, but not enough for 300 humans, I think. I have to alert the survivors that I’m still alive. I have to make a fire.

            What I’ll do is that I’ll make a fire and hide in the wreckage. That way if a monstrous alien comes back to eat me, I’ll be hiding, and hopefully be safe. I’m banking on the aliens here having a weak sense of smell, because I already smell like a rat’s ass.

            I scout the wreckage and find a little cavern high up in a pile of rubble. I hide all my supplies there, then I look for flammable things. After an hour of searching I find some books (the ship contained a hard-copy library). There are also some twig-like sticks on the ground outside the perimeter of the crashed ship. After watching a short tutorial on: best way to construct a fire, I tear out the pages (The Martian by Andy Weirand shove them under a little twig-hut. Then I make the fire using the iron bar, also called a ferrocerium. The alloy (70% cerium and 30% iron) gives off sparks when scratched by my carbon-steel blade. The tiny shavings are oxidized as I scratch, ignite the paper, and bada-bing, bada -boom: fire. But the fire is green and smells like trash. Hmmm, does that mean it’s toxic? I run back to my hiding place. The sun has completely set. Time to wait.

            For twenty minutes I stare at the little green fire, praying to Space Jesus again, watching the smoke twist up into the star-filled sky. Thankfully, the twigs (I typed in: what is green fire? into my tablet: potentially contains copper sulfate or boric acid) burns slowly. Please let a human see this and know I’m alive. Please let me wife see this, if she somehow made it out….

            I hear a bizarre sucking, slithering, clicking sound at the edge of the shadows. The clicking and sucking sounds just like the noises that I heard at the top of the Ohfuckme mountain. I hold my breath.

            Something massive emerges from the shadows. I do my best not to scream in horror and despair…

…Chapter 3…coming soon…subscribe below

Lost on Kepler 852-b (Chapter 1: Shipwreck)

(Pour lire la version française, cliquez ici.)

            I woke up in a pile of rubble 1,602 light-years from earth.

            Fuck.

            My last memory was during the descent when something collided with the spacecraft. My wife and I ran to the emergency-landing chambers, like we had learned during training. I was locked in mine and I looked at my wife’s face one last time, before there was another collision and everything went black.

            My landing chamber must have separated from the rest of the ship. And I must have inhaled some leaking anesthesia by accident because I feel dizzy, sick, and thirsty enough to drink torch fluid or that nasty medicine the NASA scientists made us take for interstellar travel. Around me there’s a thick jungle with twisted trees like I’ve never seen before, even in the voyage briefings. Where are the others? Where’s the rest of the ship?

            My vision is blurry and my mouth is desiccated: first, before the finding the others, I need water.

            Luckily, every emergency-landing chamber is equipped with a survival kit. Every passenger got one. It contains a cooking pot, an inflatable and insulated sleeping bag, a little axe, an iron bar that produces sparks, a metal-multi-use water bottle (with water already inside), a portable water reclaimer, a net, a multi-use knife, 3.5 lbs. of iron filament (300 yards long), 30 yards of rope, 30 energy-food tubes that will be able to last me at least 2 weeks, and a solar-powered tablet with useful (survival) information. 34.2 lbs. of equipment, all packed neatly in a sack. Not too bad. Except I’m on an extraterrestrial planet, and humans don’t know hardly anything about what’s here.

            I crawl to my survival kit, hacking up a lung. My throat feels like it’s been scratched by sand-paper. But the NASA scientists were right, I can breathe and the atmosphere and the gravity are like earth. Kepler-852b is located in the “habitable zone” of a star practically identical to our sun in the “northern” part of the Milky Way Galaxy. I take out the metal water bottle and chug. It tastes glorious.

            Once my thirst was quenched, I can’t help but smile at the absurdity of my situation. Amongst all the passengers aboard the ship, United Republic Migration #2, there is no doubt that I am the least qualified to be alone on this planet. When I was on earth I was a janitor at a high school who wrote a sci-fi blog on the weekends. On a whim, I applied, with my wife, for the lottery to be a part of The Great Migration to Kepler-852b. NASA wanted to include all members of society on the spaceship, which would carry 300 passengers, and not only the elite. My wife and I were chosen to represent “the common people” who also deserved a chance to live another life on another planet. I bet NASA just did that for positive publicity and to receive more public funding. In my application essay for the lottery, I wrote that my wife and I had couldn’t have children and dreamed of leaving on this great adventure. That must have pulled the heartstrings. In any case, they chose us, my essay was published in major newspapers, and now I’m here. Hooray. Lots of other passengers weren’t prepared to survive alone which is why everyone was equipped with such a good survival kit. But still, I think I’m the worst. My specialized skills include knowing the right cleaning liquids to remove graffiti from bathroom stalls and how to fix a toilet. I don’t even know how to make a fire. 

            However, nobody was expected to survive alone. The spaceship was going to land near a place where the first spaceship, United Republic Migration #1, had landed a year ago. A city was supposed to have been under construction (which I was going to help clean! Everybody has their part!) I wonder if our vessel went far off course. I wonder what hit us in the sky. I wonder if I’m the only one who survived. I think about my wife and I feel a pain rise in my chest. No. She’s still alive. I don’t know why I know this, but I know it, that’s all. I have to believe it. 

            Enough questions and speculations. I don’t have the time. I have to find my wife and the others or I’m a dead man. I survey my surroundings.

            I take out my axe and tie the sack on my back. It’s then I hear an ominous clicking in the jungle around me. It sounds like an insect. Son of a bitch, I hope it’s not a giant insect. I hate insects.

            I walk in the opposite direction of the sound and make a path through the jungle. The leaves are soft like silk, some of them are blue, and the light sparkles on the trunks of the trees. I would say the place was beautiful if I wasn’t trying not to die.

            The jungle becomes thicker with crisscrossing branches and I use my axe to chop them. As I cut through the wood-like material (it breaks more easily than wood and emits a minty smell), I feel a rumbling in the ground and hear a peculiar noise, like pressurized air passing quickly through a tube. This makes me nervous and I start bushwhacking faster. The noise becomes louder. I approach a trembling wall of foliage. I push through the leaves and fall off a ledge.

            The air rushes past me and I blindly search for anything to grab a hold of. I grab hold of a root that protrudes from a rock. My sack slips off my back but I’m able to just snatch a handle. I swing in the air.

            After pulling my sack over my shoulder I just swing there for a minute, my heart pounding in my throat, my breathing ragged and heavy. I look down and see jutting rocks, maybe five hundred feet below.

            I look up and see that there is a network of intertwining roots, all the way up to the ledge. The foliage forms a thick wall on the edge of the cliff.

            I climb up the hanging roots, then drag myself and the sack on to the cliff. I sit down and wait for my breathing to settle. Dying from falling off a cliff. That would have been anticlimactic. Cross the Milky Way to the constellation of Cygnus and then stumble over a ledge and splatter on some rocks.

            I get up, carefully push a few leaves aside, and look out.

            Yup, my emergency landing chamber landed on the top of a cliff, a mountain, on the edge of a vertical drop. Looking down, I see that beyond the roots is a practically vertical rock face with small ledges and protruding slabs. Then, looking into the distant valley, I see something that makes me gasp.

            The spaceship. It had crashed in the grassy-like valley below. 

          No wonder I woke up alone. The survivors of the ship would never have climbed this steep mountain looking for me. They must still be down there. The ship was filled with all our provisions, of course. They probably formed a base there, then sent out scouts. I couldn’t see the ship’s details from afar. But I knew I had to go. It was my only chance of survival.

            For the next two hours I wander around the jungle, attempting to find a path off the cliff, but it’s a steep drop all around. Weird. And unlucky.

            I discover the source of the clicking. In the middle of the jungle there’s a deep, wide hole that reminds me of a volcano. The clicking is coming from there. The hole is so deep that it’s black at the bottom, and the sides are smooth, impossible for me to climb down without sliding into the abyss. No clicking abyss for Walter Wanky. Yes, that’s my real name. Please save the jokes. I’ve heard them all.  

            It looks like I’m going to have to find a way to descend the cliff. 

            Problem is, I’m scared of heights and I don’t know how to rock-climb, or rock-descend, or whatever they call it.

            But if I don’t get off this cliff and find help, I’m a dead man.

            Fuck.


Chapter 2, coming soon, subscribe below:

Perdu sur Kepler 852-b (Chapitre 1 : Naufrage)

(To read the English version, click here.)

            Je me suis réveillé dans un tas de décombres à 1 602 années-lumière de la terre.

            Putain.

            Mon dernier souvenir est celui de la descente lorsque quelque chose est entré en collision avec le vaisseau spatial. Ma femme et moi avons sprinté vers nos chambres d’atterrissage d’urgence, comme on nous l’avait appris pendant l’entraînement. Je me suis enfermé et j’ai regardé son visage encore une fois, avant qu’il y ait une autre collision et que tout devienne noir.

            Ma chambre d’atterrissage a dû se séparer du reste du navire. Et j’ai dû inhaler une partie de l’anesthésique, par accident, car je me sens étourdi, malade et assoiffé pour boire le liquide d’aullumage ou ce mauvais médicament que les scientifiques de la NASA nous ont fait prendre pour les voyages interstellaires. Autour de moi, il y a une jungle épaisse avec des arbres tordus que je n’avais jamais vus auparavant, même dans les briefings de voyage. Où sont tous les autres ? Où est le reste du navire ?

            Ma vision est floue et ma bouche est horriblement desséchée: d’abord, avant de trouver les autres, j’ai besoin d’eau.

            Heureusement, chaque chambre d’atterrissage d’urgence est équipée d’un kit de survie. Chaque passager en avait un. Il contient un marmite, un sac de couchage isolé et gonflable, une petite hache, une barre de fer produisant des étincelles, une bouteille d’eau métallique à usages multiples (avec de l’eau déjà à l’intérieur), un récupérateur d’eau portable, un filet, un couteau à usages multiples, 3,5 livres de fil de fer (un filament unique de 300 mètres), 30 mètres de corde, 30 tubes d’énergie alimentaire qui peuvent me durer au moins deux semaines et une tablet à énergie solaire pleine de données utiles (pour la survie). 15,4 kilogrammes de materiel, le tout emballé efficacement dans un sac. Pas mal. Sauf que je suis sur une putain de planète extraterrestre et que les humains n’ont pratiquement aucune idée de ce qu’il y a ici.

            Je rampe jusqu’à mon kit de survie, en crachant un poumon. J’ai l’impression que ma gorge a été éraflée par du papier de verre. Mais les scientifiques de la NASA avaient raison, je peux respirer et l’atmosphère et la gravité sont comme la terre. Kepler-852b est situé dans la “zone habitable” d’une étoile presque identique au soleil terrestre. Je sors la bouteille d’eau en métal et je bois. Le goût est délicieux. Les petites choses de la vie.

            Une fois ma soif étanchée, je ne peux pas m’empêcher de sourire devant l’absurdité de ma situation. De tous les passagers du navire de United Republic Migration N°2, il ne fait aucun doute que je suis le moins qualifié pour être seul sur cette planète. Lorsque j’étais sur terre, j’étais concierge dans un lycée et j’écrivais un blog de science-fiction le week-end. Sur un coup de tête, je me suis inscrit, avec ma femme, à une loterie pour participer à la Grande Migration vers Kepler-852b. La NASA voulait inclure tous les membres de la société dans le vaisseau spatial, qui pouvait contenir 300 passagers, et pas seulement l’élite. Ma femme et moi avons été choisis pour représenter les “humains ordinaires” qui méritaient aussi une chance de vivre une autre vie sur une autre planète. Je parie que la NASA a fait cela pour une publicité positive et pour obtenir davantage de fonds publics. Dans mon dossier de candidature à la loterie, j’ai écrit que ma femme et moi ne pouvions pas avoir d’enfants et rêvions de partir pour cette grande aventure. Cela a dû toucher assez de cœurs pour nous faire participer à la loterie. Quoi qu’il en soit, nous avons été choisis, mon essai a été publié dans de grands journaux, et maintenant je suis là. Bon. Beaucoup d’autres passagers n’étaient pas préparés à survivre seuls, comme moi, c’est pourquoi tout le monde était équipé d’un kit de survie aussi bien garni. Mais quand même, je crois que je suis le pire. Mes compétences spécialisées comprennent la connaissance des liquides de nettoyage appropriés pour enlever les graffitis et la manière de réparer une toilette. Je ne sais même pas comment faire un feu.

            Cependant, personne n’était censé survivre seul. Le vaisseau spatial allait atterrir près de l’endroit où le premier, United Republic Migration N°1, avait atterri il y a un an. Une ville était censée être en construction (dans laquelle j’allais aider à nettoyer ! Tout le monde fait sa part !) Je me demande jusqu’où notre vaisseau a dévié de sa route. Je me demande ce qui nous a heurté dans le ciel. Je me demande si je suis le seul survivant. Je pense à ma femme et je ressens une douleur montante dans la poitrine. Non. Elle est toujours en vie. Je ne sais pas pourquoi je sais cela, mais je le sais, c’est tout. Je dois le croire.

            Assez de questions et de spéculations. Je n’ai pas le temps. Je dois trouver ma femme et les autres ou je suis un homme mort. Il faut surveiller les environs.

            Je sors ma hache et j’attache le sac sur mon dos. C’est alors que j’entends un cliquetis inquiétant dans la jungle qui m’entoure. On dirait un insecte. Fils de pute, j’espère que ce n’est pas un insecte géant. Je déteste les insectes.

            Je marche dans la direction opposée au son et je me fraie un chemin dans la jungle. Les feuilles sont douces comme de la soie, certaines sont bleues, et la lumière scintille sur les troncs des arbres. Je dirais que l’environnement est magnifique si je n’espérais pas ne pas mourir.

            La jungle devient plus épaisse avec des branches qui s’entrecroisent et je les coupe avec ma hache. Lorsque je coupe la matière qui ressemble à du bois (elle se casse plus facilement que le bois et dégage une odeur mentholée), je sens un grondement dans le sol et j’entends un bruit particulier, comme de l’air sous pression passant rapidement dans un tube. Cela me rend nerveux et je coupe plus vite à travers les branches. Le bruit devient plus fort. Je m’approche d’un mur de feuillage tremblant. Je pousse à travers les feuilles et je tombe d’un rebord.

            L’air se précipite devant moi et je cherche aveuglément quelque chose à quoi m’accrocher. Je m’accroche à une racine qui dépasse d’un rocher. Mon sac glisse de mon dos mais je suis juste capable d’attraper la poignée. Je me balance en l’air.

            Après avoir tiré mon sac sur l’épaule, je me suis balancé pendant une minute, le cœur battant dans la gorge, la respiration étant lourde. Je regarde en bas et je vois des rochers déchiquetés, peut-être 150 mètres plus bas.

            Je lève les yeux et je vois qu’il y a un réseau de racines qui s’entremêlent, jusqu’à la corniche. Le feuillage forme un mur épais au bord de la falaise.   

            Je grimpe sur les racines suspendues, puis je me traîne avec le sac jusqu’à la falaise. Je m’assieds et j’attends que ma respiration se calme. Mourir d’une chute dans une falaise. C’est un peu décevante. Traverser la Voie Lactée jusqu’à la constellation du Cygnus pour ensuite faire un faux pas et s’écraser sur les rochers.

            Je me lève, écarte soigneusement quelques feuilles et regarde au-delà.

            Ouais, ma chambre d’atterrissage d’urgence a atterri au sommet d’une falaise, d’une montagne, sur le bord d’une chute verticale. En regardant en bas, je vois qu’au-delà des racines, il y a une paroi rocheuse pratiquement verticale avec de petits rebords et des dalles en saillie. Puis, en regardant dans la vallée lointaine, je vois quelque chose qui me fait haleter.

            Le vaisseau spatial. Il s’était écrasé dans la vallée en contrebas.

            Pas étonnant que je me sois réveillé seul. Les survivants du vaisseau n’auraient jamais pu escalader cette montagne escarpée. Ils doivent encore être en bas. Le vaisseau était rempli de toutes nos provisions, bien sûr. Ils ont probablement formé une base là-bas, puis ont envoyé des éclaireurs. Je ne pouvais pas voir les détails du navire au loin. Mais je savais qu’il fallait que j’y aille. C’était ma seule chance de survivre.

            Pendant les deux heures qui suivent, j’erre dans la jungle, en essayant de trouver un chemin pour sortir de la falaise, mais c’est une pente raide tout autour. Bizarre. Et malchanceux.

            Je découvre la source du cliquetis. Au milieu de la jungle, il y a un trou profond et large qui me rappelle un volcan. Le cliquetis venait de là. Le trou est si profond qu’il est noir au fond, et les côtés sont lisses, impossible pour moi de descendre sans glisser dans l’abîme. Pas d’abîme mystérieux pour Walter Wanky. Oui, c’est mon vrai nom. S’il vous plaît, gardez vos blagues pour vous. Je les ai toutes entendues.

            Il semble que je vais devoir trouver un moyen de descendre la falaise. 

            Le problème, c’est que j’ai peur des hauteurs et je ne sais pas comment faire de l’escalade, ou de la descente, ou peu importe comment ils appellent ça.

            Mais si je ne descends pas de cette falaise et que je ne trouve pas d’aide, je suis un homme mort.

            J’emmerde.

—–

Chapitre 2, à venir, abonnez-vous :