SHARE

(To read the English version, click here.)

Background artwork by @huleeb (Lucid Dream)


            “Quelque chose nous a frappé dans le ciel. Ou… plus probablement… plusieurs choses. C’était le chaos. Des parties du vaisseau ont explosé. Je ne pouvais pas quitter la chambre du pilote, mais la porte de ma nacelle d’atterrissage d’urgence adjacente s’est ouverte. Instinctivement, j’ai sauté à l’intérieur et me suis agrippé à une poignée, car je savais, d’après le manuel de l’I.M.C., que l’intérieur me protégerait contre la force de l’atterrissage en catastrophe. Il y avait une fenêtre donnant sur la coque. J’ai vu des centaines de corps se frapper contre l’intérieur du vaisseau. Des sections du vaisseau se détachaient…

            Le capitaine Premidaire était affalé contre un arbre, sous un auvent de fortune que j’avais construit avec mon sac de couchage et du fil de fer. Nous nous abritions d’une pluie torrentielle, violette et semblable à du grésil. Premidaire était en train d’avoir un de ses moments de lucidité, qui devenaient de plus en plus rares, alors j’ai essayé de le guider doucement, encore une fois, vers la question à laquelle je désespérais de recevoir une réponse. Je ne pouvais pas lui poser de questions qui s’éloignaient trop du fil de sa pensée, sinon il se dégraderait à nouveau dans son état de confusion marmoréenne. Premidaire devenait de plus en plus fou et je n’avais aucune idée de la façon d’arrêter sa descente dans la folie.

            “Et après que le vaisseau se soit écrasé, que s’est-il passé ?”

            “Des cris. Des cris horribles. Du feu. Ramper dans les décombres. Puis ils sont venus…”

            “Qui est venu ? Vous n’arrêtez pas de dire qu’ils sont venus. La créature insecte-tentacule dont j’ai parlé ? Celui qui creuse des trous ? Cette chose monstrueuse ?” Premidarie a laissé échapper un rire aigu et maniaque. Il avait déjà fait ça auparavant. J’ai grimacé parce que cela signifiait qu’il allait très probablement avoir un de ses épisodes de démence dans dix à quinze secondes. 

            “Ces choses ? Elles aiment le feu. C’est l’équipe de nettoyage.” Il a ri à nouveau, d’un ton plus aigu. “Ils ne sont rien comparés à ce qu’il y a d’autre sur cette planète. Rien. Cette planète se défend. Ces insectes étaient là quand… les autres ont été emmenés, par eux…”

           “Combien de temps depuis le crash ?”

            “Une semaine.”

           “C’est impossible. J’étais seul quand je me suis réveillé. Je serais mort de soif. Vous m’aviez dit deux jours.”

            “Si l’un d’eux vous avait trouvé, inconscient, il aurait pu vous sauver.”

           “Comment ?”

            “Je ne sais pas. Il y a quelque chose dans l’air. Le temps est différent ici. Tout est différent ici. Et ils… ils nous ont envoyés ici pour mourir.” Les pupilles de Premidaire se sont dilatées et ont commencé à trembler. C’était maintenant ou jamais.

            “Qui d’autre a survécu ? Y avait-il des femmes avec vous ? ! L’une d’elles avait-elle…”

            “J’ai tout mis dans la GlobalDataBase avant de quitter la Terre. Ils se souviendront de moi. Ressentir l’existence, plus de force, ils m’ont dit de remplir des questions, de mettre les Nanorobots-Enregiste dans mon cerveau, de me tenir devant la caméra, c’était pour l’histoire, ils pourraient faire une copie, pas la même, mais assez proche, l’artiste doit créer dans l’obscurité, tout est créé à partir de l’obscurité, pour trouver leur lumière s’il y a une chance qu’une autre…”

            J’ai soupiré. Une autre heure de son bavardage. Puis, quand il reviendrait au silence, ou s’endormirait et se réveillerait, j’essaierais à nouveau. J’ai éteint le dispositif d’enregistrement de ma tablette. Dans ma frustration, je me suis détourné du capitaine, qui marmonnait toujours pour lui-même, murmurant maintenant : “Je dois le prendre à nouveau, mais je dois aussi m’enfuir, me sentir désespéré, désespoir plein d’espoir, combattre cela, fuir ou rester, Siana mon amour, je…” Il me semblait que, quelle que soit la maladie dont souffrait Premidaire, il était incapable de distinguer les émotions, les souvenirs ou les abstractions lorsqu’il avait un épisode. C’était comme si son subconscient prenait le dessus sur sa conscience. 

            “Aie !” Une gouttelette de pluie s’est posée sur ma peau, a brûlé et grésillé, laissant une blessure rouge en forme de disque. Les gouttelettes de pluie ici sont souvent toxiques, comme de l’acide. Premidaire le savait et m’a fait construire notre abri lorsque nous avons entendu un grondement dans la nuit et que l’air est devenu lourd d’humidité. Quand Premidaire est lucide et concentré sur une tâche, il est impeccable et efficace. On ne devient pas le capitaine de la deuxième migration humaine sans être extrêmement efficace dans tout ce qu’on fait, ce qui rendait le contraste avec ses grognements incohérents d’autant plus terrifiant à observer. Je me suis tourné de mon côté et j’ai vu la créature basset hound qui dormait encore dans son niche.

            “Walter !” Pendant un instant, j’ai cru que la créature s’était adressée à moi.

            “Quoi !” Le capitaine avait attrapé ma chemise. J’étais choqué : il n’était jamais sorti aussi vite d’une de ses transes. Peut-être son esprit se défendait-il, sachant à quel point notre survie dépendait de sa capacité à me transmettre des informations pertinentes.

            “Il y a… il y a des aliens de type humain sur cette planète. De différents types, races, cultures. Ils savaient que nous venions. Ils nous attendaient. Les machines qui ont repéré cette planète leur ont tout dit sur nous. Certains d’entre eux veulent nous utiliser pour quitter ce monde, d’autres pour survivre. C’est pour ça qu’ils vous ont gardé en vie, pour apprendre sur nous, je ne sais pas quel est leur but, mais leur sophistication…”

            “Ces aliens sont-ils ceux dont vous vous êtes échappé ?”

            “Non. Je me suis échappé d’autres choses. Ces extraterrestres humains ne voulaient pas me prendre. Ils ont dit que j’étais sans espoir. Les particules dans l’air, elles affectent tout le monde à des vitesses différentes et de manières différentes. Les humains plus rapidement qu’eux. Si l’infection atteint un certain point, il est trop tard, il n’y a qu’un seul antidote, et chaque membre de leur groupe a une urgence pour lui par vie.”

            “Par vie ? Que voulez-vous dire par là ?”

            “Je voulais rester avec eux. Ils ne m’ont pas laissé faire.”

            “Ces créatures extraterrestres ont pris des humains et en ont laissé d’autres ? Qui d’autre est resté avec vous ?”

           “Cinquante-sept personnes.”

            “Et ils sont tous morts sauf vous ?”

            “Oui, j’ai vu la moitié d’entre eux mourir, l’autre moitié est partie dans une direction où aucun humain ne pouvait survivre.”

            “Et les humains qui sont restés… qui ont été pris par ces aliens-humains ? Avez-vous vu une femme parmi eux qui…”

            “Elle est juste là ! Vous ne pouvez pas l’emmener ! Vos erreurs vont…”

           “Shhh, quelque chose arrive…” Il y eut un cliquetis et un fracas à travers les vignes et les arbres.

            “Vous n’auriez pas dû venir ici.. Maintenant les particules peuvent vous affecter plus rapidement.”

           “Taisez-vous ! Ou je vous bourre la gueule … bordel !”

            Bunky, mon basset alien, s’est réveillé et a grogné.

            A travers la jungle, un autre monstre insectoïde s’est écrasé, se dirigeant directement vers notre abri. En une fraction de seconde, Bunky s’est élancé sur le chemin du monstre et a commencé à ronger les tentacules internes. Le monstre a hurlé comme il l’a fait quand je suis tombé en le fuyant. Il a essayé de s’accrocher au basset, mais celui-ci se déplaçait si rapidement parmi les bras qui se tortillaient qu’ils n’ont pas pu l’attraper. En une minute, la moitié de la créature était dévorée, dix secondes plus tard ce n’était plus qu’une petite boule (Bunky semblait manger la chose exponentiellement plus vite). Puis le monstre avait disparu.”

            “Vous avez de la chance que cette créature vous aime,” a dit le capitaine Premidaire.

            “Un de quoi ?” Je fixais Bunky, ébahi, tandis qu’il se léchait les babines avec tristesse.

            “Cet animal.”

            “Comment savez-vous qu’il m’aime ?”

            “Je sens que je perds le contrôle. Le regret. Je n’ai jamais voulu qu’elle le fasse. Mais l’atmosphère me pèse. Je suis désolé Siana. Je vais tout arranger. Nous…” sa voix perdit de sa force et il recula en trébuchant. 

            Une heure plus tard, Premidaire dormait et la pluie avait cessé. Un lever de soleil éclatait à travers les vignes et les branches. La lumière étincelait et scintillait tandis que des gouttelettes tombaient des arbres. Peut-être commençais-je aussi à perdre la tête, ou peut-être était-ce le manque de sommeil, mais les couleurs ont commencé à se mélanger et à se brouiller, comme de la peinture étincelante étalée sur une toile. Cela m’a inquiété. Je devrais peut-être arrêter de questionner Preston Premidaire sur ma femme et les survivants. Je devrais peut-être me concentrer sur notre propre survie. Pendant un de ses moments de lucidité, je lui ai fait expliquer certaines des fonctions de ma tablette. Il m’avait montré une carte qui menait à une ville qui était censée être en construction depuis la première migration. Il m’a montré la ligne de train magnétique F.A.T. (Frictionless Automated Transport) que les machines ont construite à leur arrivée. S’il y avait des humains vivants de la première vague, ils devaient être dans la ville. J’ai chargé la carte. La ville était à 4000 kilomètre. Je devais faire 800 km tout seul jusqu’au F.A.T., puis… attendre un train ? Premidaire n’a pas pu m’expliquer comment fonctionne le système de transport. Nous aurions… nous aurions besoin de l’aide de… mes paupières commencent à… si nous ne contactons pas les gens d’ici, nous mourrons… nous…”

            Je me suis endormi. Quand je me suis réveillé en sursaut, la pluie avait cessé et la clairière était lumineuse. Avant même d’être pleinement conscient, je savais que Preston Premidaire était parti. Pourquoi… mais quand j’ai regardé autour de moi dans la clairière.

           “Non…”

            Preston Premidaire était pendu à un arbre.


Subscribe below:

LEAVE A REPLY