SHARE

(To read the English version, click here.)

            Je me suis réveillé dans un tas de décombres à 1 602 années-lumière de la terre.

            Putain.

            Mon dernier souvenir est celui de la descente lorsque quelque chose est entré en collision avec le vaisseau spatial. Ma femme et moi avons sprinté vers nos chambres d’atterrissage d’urgence, comme on nous l’avait appris pendant l’entraînement. Je me suis enfermé et j’ai regardé son visage encore une fois, avant qu’il y ait une autre collision et que tout devienne noir.

            Ma chambre d’atterrissage a dû se séparer du reste du navire. Et j’ai dû inhaler une partie de l’anesthésique, par accident, car je me sens étourdi, malade et assoiffé pour boire le liquide d’aullumage ou ce mauvais médicament que les scientifiques de la NASA nous ont fait prendre pour les voyages interstellaires. Autour de moi, il y a une jungle épaisse avec des arbres tordus que je n’avais jamais vus auparavant, même dans les briefings de voyage. Où sont tous les autres ? Où est le reste du navire ?

            Ma vision est floue et ma bouche est horriblement desséchée: d’abord, avant de trouver les autres, j’ai besoin d’eau.

            Heureusement, chaque chambre d’atterrissage d’urgence est équipée d’un kit de survie. Chaque passager en avait un. Il contient un marmite, un sac de couchage isolé et gonflable, une petite hache, une barre de fer produisant des étincelles, une bouteille d’eau métallique à usages multiples (avec de l’eau déjà à l’intérieur), un récupérateur d’eau portable, un filet, un couteau à usages multiples, 3,5 livres de fil de fer (un filament unique de 300 mètres), 30 mètres de corde, 30 tubes d’énergie alimentaire qui peuvent me durer au moins deux semaines et une tablet à énergie solaire pleine de données utiles (pour la survie). 15,4 kilogrammes de materiel, le tout emballé efficacement dans un sac. Pas mal. Sauf que je suis sur une putain de planète extraterrestre et que les humains n’ont pratiquement aucune idée de ce qu’il y a ici.

            Je rampe jusqu’à mon kit de survie, en crachant un poumon. J’ai l’impression que ma gorge a été éraflée par du papier de verre. Mais les scientifiques de la NASA avaient raison, je peux respirer et l’atmosphère et la gravité sont comme la terre. Kepler-852b est situé dans la “zone habitable” d’une étoile presque identique au soleil terrestre. Je sors la bouteille d’eau en métal et je bois. Le goût est délicieux. Les petites choses de la vie.

            Une fois ma soif étanchée, je ne peux pas m’empêcher de sourire devant l’absurdité de ma situation. De tous les passagers du navire de United Republic Migration N°2, il ne fait aucun doute que je suis le moins qualifié pour être seul sur cette planète. Lorsque j’étais sur terre, j’étais concierge dans un lycée et j’écrivais un blog de science-fiction le week-end. Sur un coup de tête, je me suis inscrit, avec ma femme, à une loterie pour participer à la Grande Migration vers Kepler-852b. La NASA voulait inclure tous les membres de la société dans le vaisseau spatial, qui pouvait contenir 300 passagers, et pas seulement l’élite. Ma femme et moi avons été choisis pour représenter les “humains ordinaires” qui méritaient aussi une chance de vivre une autre vie sur une autre planète. Je parie que la NASA a fait cela pour une publicité positive et pour obtenir davantage de fonds publics. Dans mon dossier de candidature à la loterie, j’ai écrit que ma femme et moi ne pouvions pas avoir d’enfants et rêvions de partir pour cette grande aventure. Cela a dû toucher assez de cœurs pour nous faire participer à la loterie. Quoi qu’il en soit, nous avons été choisis, mon essai a été publié dans de grands journaux, et maintenant je suis là. Bon. Beaucoup d’autres passagers n’étaient pas préparés à survivre seuls, comme moi, c’est pourquoi tout le monde était équipé d’un kit de survie aussi bien garni. Mais quand même, je crois que je suis le pire. Mes compétences spécialisées comprennent la connaissance des liquides de nettoyage appropriés pour enlever les graffitis et la manière de réparer une toilette. Je ne sais même pas comment faire un feu.

            Cependant, personne n’était censé survivre seul. Le vaisseau spatial allait atterrir près de l’endroit où le premier, United Republic Migration N°1, avait atterri il y a un an. Une ville était censée être en construction (dans laquelle j’allais aider à nettoyer ! Tout le monde fait sa part !) Je me demande jusqu’où notre vaisseau a dévié de sa route. Je me demande ce qui nous a heurté dans le ciel. Je me demande si je suis le seul survivant. Je pense à ma femme et je ressens une douleur montante dans la poitrine. Non. Elle est toujours en vie. Je ne sais pas pourquoi je sais cela, mais je le sais, c’est tout. Je dois le croire.

            Assez de questions et de spéculations. Je n’ai pas le temps. Je dois trouver ma femme et les autres ou je suis un homme mort. Il faut surveiller les environs.

            Je sors ma hache et j’attache le sac sur mon dos. C’est alors que j’entends un cliquetis inquiétant dans la jungle qui m’entoure. On dirait un insecte. Fils de pute, j’espère que ce n’est pas un insecte géant. Je déteste les insectes.

            Je marche dans la direction opposée au son et je me fraie un chemin dans la jungle. Les feuilles sont douces comme de la soie, certaines sont bleues, et la lumière scintille sur les troncs des arbres. Je dirais que l’environnement est magnifique si je n’espérais pas ne pas mourir.

            La jungle devient plus épaisse avec des branches qui s’entrecroisent et je les coupe avec ma hache. Lorsque je coupe la matière qui ressemble à du bois (elle se casse plus facilement que le bois et dégage une odeur mentholée), je sens un grondement dans le sol et j’entends un bruit particulier, comme de l’air sous pression passant rapidement dans un tube. Cela me rend nerveux et je coupe plus vite à travers les branches. Le bruit devient plus fort. Je m’approche d’un mur de feuillage tremblant. Je pousse à travers les feuilles et je tombe d’un rebord.

            L’air se précipite devant moi et je cherche aveuglément quelque chose à quoi m’accrocher. Je m’accroche à une racine qui dépasse d’un rocher. Mon sac glisse de mon dos mais je suis juste capable d’attraper la poignée. Je me balance en l’air.

            Après avoir tiré mon sac sur l’épaule, je me suis balancé pendant une minute, le cœur battant dans la gorge, la respiration étant lourde. Je regarde en bas et je vois des rochers déchiquetés, peut-être 150 mètres plus bas.

            Je lève les yeux et je vois qu’il y a un réseau de racines qui s’entremêlent, jusqu’à la corniche. Le feuillage forme un mur épais au bord de la falaise.   

            Je grimpe sur les racines suspendues, puis je me traîne avec le sac jusqu’à la falaise. Je m’assieds et j’attends que ma respiration se calme. Mourir d’une chute dans une falaise. C’est un peu décevante. Traverser la Voie Lactée jusqu’à la constellation du Cygnus pour ensuite faire un faux pas et s’écraser sur les rochers.

            Je me lève, écarte soigneusement quelques feuilles et regarde au-delà.

            Ouais, ma chambre d’atterrissage d’urgence a atterri au sommet d’une falaise, d’une montagne, sur le bord d’une chute verticale. En regardant en bas, je vois qu’au-delà des racines, il y a une paroi rocheuse pratiquement verticale avec de petits rebords et des dalles en saillie. Puis, en regardant dans la vallée lointaine, je vois quelque chose qui me fait haleter.

            Le vaisseau spatial. Il s’était écrasé dans la vallée en contrebas.

            Pas étonnant que je me sois réveillé seul. Les survivants du vaisseau n’auraient jamais pu escalader cette montagne escarpée. Ils doivent encore être en bas. Le vaisseau était rempli de toutes nos provisions, bien sûr. Ils ont probablement formé une base là-bas, puis ont envoyé des éclaireurs. Je ne pouvais pas voir les détails du navire au loin. Mais je savais qu’il fallait que j’y aille. C’était ma seule chance de survivre.

            Pendant les deux heures qui suivent, j’erre dans la jungle, en essayant de trouver un chemin pour sortir de la falaise, mais c’est une pente raide tout autour. Bizarre. Et malchanceux.

            Je découvre la source du cliquetis. Au milieu de la jungle, il y a un trou profond et large qui me rappelle un volcan. Le cliquetis venait de là. Le trou est si profond qu’il est noir au fond, et les côtés sont lisses, impossible pour moi de descendre sans glisser dans l’abîme. Pas d’abîme mystérieux pour Walter Wanky. Oui, c’est mon vrai nom. S’il vous plaît, gardez vos blagues pour vous. Je les ai toutes entendues.

            Il semble que je vais devoir trouver un moyen de descendre la falaise. 

            Le problème, c’est que j’ai peur des hauteurs et je ne sais pas comment faire de l’escalade, ou de la descente, ou peu importe comment ils appellent ça.

            Mais si je ne descends pas de cette falaise et que je ne trouve pas d’aide, je suis un homme mort.

            J’emmerde.

—–

Chapitre 2, à venir, abonnez-vous :

LEAVE A REPLY