SHARE

(To read the English version, click here.)

            Bon maintenant je dois descendre cette falaise massive qui ressemble à ce putain d’El Capitan dans le parc de Yosemite. Le problème c’est que… depuis que je suis tombé d’un toit à l’âge de 18 ans en essayant d’impressionner ma copine avec un pique-nique composé du chocolat et des pétales de fleurs éparpillés, j’ai une peur viscérale des hauteurs. Mes membres se mettent à trembler violemment lorsque je regarde par-dessus bord.

            Le deuxième problème c’est que je n’ai jamais vraiment fait d’escalade dans ma vie. Quand j’avais vingt-neuf ans, j’ai emmené ma femme dans un de ces lieux d’escalade en salle lors d’un de nos premiers rendez-vous. Nous avons fait quelque chose qu’elle a appelé “free soloing”, ce qui signifie que nous avons grimpé sans corde. Elle avait l’air très sexy quand elle m’a botté le cul, naviguant comme un singe sur ces poignées colorées et amibiennes. J’avais déjà commencé à tomber amoureux d’elle à ce moment-là. Je suis assez fort, et je peux me débrouiller quand il s’agit d’activités sportives de loisir, mais j’ai appris une leçon importante ce jour-là quand il s’agit d’escalade : c’est plus une question de technique que de force brute. Il vaut mieux rester près du mur, être patient et prendre son temps. J’ai aussi appris : ne grimpez pas trop agressivement, sinon vos mains et vos membres se blesseront, deviendront inutiles, puis vous deviendrez imprudent. Imprudent = mauvais.

            Ma peur des hauteurs et mon manque de compétences en escalade font que je ne veux pas grimper quand il fait nuit, et je ne veux pas construire un de ces hamacs suspendus au milieu de la falaise. 1.) Parce que j’emmerde ça 2.) Parce que ce serait dangereux et que je ne dormirais pas. Je vais manquer de sommeil, je ferai probablement une erreur plus tard, et je mourrai.

            Donc je dois déterminer combien de lumière du jour il reste et à quelle vitesse je grimpe. Si je n’ai pas assez de lumière du jour, je descendrai demain à la pointe du jour.

           Pendant que ces pensées me traversent l’esprit, je réalise quelque chose qui me remplit de terreur : le cliquetis s’est arrêté, mon environnement est maintenant complètement silencieux. J’ai l’impression d’être dans un film d’horreur bon marché, juste avant que l’un des personnages les moins importants ne soit entraîné dans l’oubli/un autre film de second ordre. Mais malgré ma peur bleue, j’ai une idée. Ce silence me donne l’occasion de tester quelque chose…

           Je trouve un rocher à proximité, j’ouvre le chronomètre de ma tablette, je marche jusqu’au bord de la falaise, puis j’appuie sur “Démarrer” en même temps que je lâche le rocher. J’attends et j’écoute le faible impact : 5,6 secondes. Je le fais encore cinq fois et je prends la moyenne : 5,4 secondes. Avec ces informations, je peux faire un peu de physique.

            La seule autre chose dont je me souvienne de mon cours de physique au lycée, c’est quand j’ai écrit dans la marge de mon test final : Restez positif, restez positif, restez positif. Lorsque j’ai reçu mon “0/20“, j’ai vu que le professeur, le Dr. Blondel, avait écrit à côté de mon message en marge : Travaillez ! Travaillez ! Travaillez ! Je sais que vous pouvez obtenir un diplôme ! Eh bien, M. Blondel, même si j’ai abandonné le lycée, me voilà en train de lâcher des pierres sur une planète extraterrestre et de travailler. Vous êtes heureux maintenant ? !

            Sur ma tablette, je vérifie que cette planète a à peu près le même champ gravitationnel que la terre, ce qui fait que les objets tombent à la vitesse de 9,8 Newton/kilogramme (il doit y avoir un gravimètre intégré à l’intérieur). En supposant que Kepler-852b a également la même résistance à l’air (s’il vous plaît, Jésus de l’espace, faites que ce soit vrai, s’il vous plaît), je fais un dessin sur la tablette. J’ai décidé de donner un nom à cette falaise ressemblant au Yosemite d’El Capitan pour l’éternité, La Montagne de Merde

            Comme l’accélération d’un objet dépend à la fois de la force et de la masse, la masse s’annule et j’obtiens g m/s au carré. Ensuite, je cherche et je trouve une autre équation sur la tablette pour trouver la hauteur et j’écris h = force gravitationnelle multiple par le temps au carré divisée par 2. Ma hauteur est donc 9,8 fois (5,4) au carré, le tout divisé par 2 = 142 mètres. Fait amusant : j’ai tapé impulsivement 142 mètres dans la barre de recherche et j’ai trouvé une image de ” La falaise meurtrière “, une falaise sur Traelanípan (une île entre l’Angleterre et l’Islande), également connue sous le nom de ” La falaise des esclaves “, où la légende dit que les Vikings avaient l’habitude de repousser les esclaves et les criminels. Intéressant ! La voici :  

            El Capitan Yosemite fait en fait 900 mètres de haut, soit environ six fois plus que la falaise que je m’apprête à descendre. D’accord, j’exagère un peu.

            Maintenant, pour déterminer la quantité de lumière du jour qui reste, je vais utiliser la tablette de confiance. Allez Walter, concentre-toi.

            Contrairement à la Terre, qui tourne une fois toutes les 24 heures, cette planète tourne une fois toutes les 48 heures. Pourquoi ? J’ai appris au cours de mon voyage que la vitesse de rotation d’une planète est déterminée par le moment angulaire initial de la planète lors de sa formation (ma femme et moi avons vu à un “exposé scientifique” pendant le voyage). Notre terre est probablement entrée en collision avec une autre planète à l’époque, ce qui nous a donné notre lune et a probablement ralenti la rotation de la terre. Peut-être que cette Kepler 852-b a été frappée par deux planètes… ou par le gros cul de ta mère. En tout cas, j’ai trouvé sur la table une application appelée “Déterminer l’heure du coucher du soleil sur la planète.” Elle me demandait de prendre une vidéo de l’horizon de la planète puis de me déplacer vers le soleil de la planète. Pendant que je fais cela, je vois la tablette calculer l’angle. Ensuite, je dois taper ma position en latitude (en supposant que le vaisseau écrasé ne s’est pas trop éloigné de sa trajectoire, j’utilise la latitude que nous avons apprise lors des briefings du voyage : 31 degrés). L’application détermine donc qu’il me reste environ 10 heures de jour. A noter qu’en raison de l’inclinaison relativement importante de cette planète (44 degrés, soit presque le double de celle de la Terre qui est de 23,5 degrés) et de sa révolution rapide (1 rotation complète chaque semaine), les saisons changent beaucoup plus vite que sur Terre, mais je m’en soucierai plus tard (la température n’a cessé de se refroidir).  

            Dernière étape : voyons à quelle vitesse ce petit garçon peut se déplacer.

            Heureusement, les 300 mètres de filament de fer et les 30 mètres de corde que la NASA m’a donnés ont des petites marques tous les mètres. Merci, NASA, d’avoir pensé à ce détail.

            Si je peux descendre à une moyenne de 20 mètres par heure, je devrais pouvoir arriver au fond avant le coucher du soleil avec un peu de temps en réserve (3 heures pour atteindre le navire). Mais cela me donne probablement plus de crédit que je ne le mérite.

            Maintenant, la partie la plus importante, comment descendre avec toute ma merde. Je tape dans la barre de recherche de ma tablette : comment descendre une falaise ? Oui, je suis vraiment un amateur.

            La première vidéo qui est apparue était Les bases du rappel 101. Très bien, qu’est-ce que le rappel ?

            Descendre une paroi rocheuse ou une autre surface quasi verticale à l’aide d’une double corde enroulée autour du corps et fixée à un point plus élevé. Oui ! Connaissance !

            On dirait que je vais devoir fabriquer un harnais en utilisant le filament de fer et le filet. Cela va m’écraser des couilles. Mais mieux vaut avoir écrasé des couilles et continuer à être en vie. 

          De plus, j’aurai besoin de ce truc de rappel pour pouvoir le récupérer. Je regarde donc une autre vidéo sur la façon de monter un ancrage de rappel récupérable. Oui, ces tablettes contiennent des millions de vidéos. Merci encore à la NASA, bande d’enfoirés intelligents et débrouillards !

            Ok, je dois donc construire un noeud fantôme, qui est un noeud qui m’empêchera de tomber de la falaise en descendant, mais qui sera aussi récupérable si je tire dessus très fort plusieurs fois.

            L’horloge fait tic-tac, comme d’habitude , alors je crée immédiatement un ancrage au sommet en coupant puis en attachant de longues bandes de fil de fer à deux arbres, créant ainsi un triangle (pour répartir le poids qui tirera dessus lors de la descente initiale). Ces bandes de filaments de fer devront être laissées derrière. 

            Je prends donc la partie centrale de la corde, que j’ai doublée en forme de “U”, et je l’enroule autour de l’ancre, de sorte qu’elle ait la forme d’un sucre d’orge. Ensuite, je prends une des cordes du “U” (les deux sont parallèles au sucre d’orge) et je l’enfile dans le fond du sucre d’orge en “U”, en tirant simultanément sur l’autre corde pour former le nœud. Je le fais huit fois. Nœud fantôme…terminé. Quand je veux récupérer la corde pendant la décente, je dois tirer sur une des cordes plusieurs fois, en attendant de sentir un “pop” à chaque fois que le nœud se casse, jusqu’à ce que tous les nœuds soient faits et que la corde tombe pour retrouver papa. 

            Mais maintenant, je dois créer quelque chose pour soulager la tension de la corde en descendant, afin de ne pas défaire le nœud fantôme involontairement en descendant la falaise et en devenant un fantôme. Je vais essayer de limiter la force de traction sur la corde en m’accrochant aux crevasses et aux rochers, mais en regardant en bas, je vois que la falaise n’a pas toujours d’endroits où je peux m’accrocher, alors je vais devoir compter sur l’ancre au sommet (ou à l’endroit où je m’attacherai plus tard) pour soutenir mon corps et mes provisions.

            Je tape dans la tablette : les fournitures essentielles pour le rappel. Je trouve quelque chose qui ressemble à un ” dispositif d’assurage”, qui ressemble à quelque chose attaché à mon couteau multi-usage. Je vais m’en servir. J’y fais passer ma double corde. Je tremble en faisant cela, en pensant à l’une de mes chansons de rap préférées : j’suis dans le premier Mario, À chaque fois, j’crois que j’ai fini le jeu, ça repart à zero.

            Souviens-toi, Walter : tu dois toujours rester perpendiculaire au rocher. Ne gaspille pas l’énergie. Suis ta progrès. 

            Afin d’éviter que le filament de fer et le filet ne me coupent l’aine, j’utiliserai un sac de couchage comme partie du harnais. Ah oui, c’est beaucoup mieux. Mes couilles seront sauvées ! J’ai aussi coupé un peu plus de filaments de fer pour créer cinq mousquetons de fortune, qui me bloqueront dans la corde. C’est parti …

            6 heures plus tard…

            J’ai avancé plus vite que je ne le pensais, assez vite pour justifier une descente aujourd’hui au lieu d’attendre demain, mais ce n’était pas amusant, et je ne veux pas en parler. Je suis épuisé. Mais le soleil de Kepler 852-b est sur le point de se coucher et j’aimerais atteindre le vaisseau spatial avant la nuit. Je mange un tube d’énergie (29 restant) et ça a le goût de sirop contre la toux aromatisé au bubblegum (peut-être que la NASA n’a pas pensé à tout, ou peut-être qu’il y a un compromis entre le goût et la densité des calories) et je fais du jogging en direction du navire. Mon environnement est encore silencieux.

            Le terrain est semblable aux prairies de la Terre, avec quelques rochers ici et là. Après deux heures de jogging, je vois quelque chose qui ressemble à un morceau du vaisseau, une aile, qui dépasse du sol. Souvenez-vous, le navire transportait 300 humains. Ce putain de truc est énorme.

            J’arrive au vaisseau, m’attendant stupidement à une fête de bienvenue. “Monsieur Wanky ! Vous êtes vivant ! Où diable étiez-vous ?!” Mais il n’y a personne ici. On dirait que la chose a été vidée de son contenu. En se promenant, en criant : “Il y a quelqu’un ?” je vois quelque chose qui me fait tomber à terre, à genoux.

            

Os. Les os humains. Mais pas le genre d’os auquel on s’attend, avec des restes de corps dessus, mais des os d’un blanc éclatant, comme s’ils avaient été aspirés après un concours de mangeurs d’ailes de poulet. Ils sont éparpillés dans l’épave. Qu’est-ce qui s’est passé, putain ?  

            J’arrive à peine à comprendre à quoi ressemblait le vaisseau spatial. Quelque chose de vraiment gros a dû attaquer ce vaisseau après son écrasement.  

            Je dois espérer que certaines personnes se sont échappées. Il y a beaucoup d’os, mais pas assez pour 300 humains, je pense. Je dois avertir les survivants que je suis toujours en vie. Je dois faire un feu.

            Je vais faire un feu et me cacher dans l’épave. Comme ça, si un extraterrestre monstrueux revient pour me manger, je me cacherai et j’espère être en sécurité. Je compte sur les extraterrestres qui ont un faible sens de l’odorat, parce que je sens déjà comme le cul d’un rat.

            Je scrute l’épave et je trouve une petite caverne en haut d’un tas de décombres. J’y cache toutes mes provisions, puis je cherche des choses inflammables. Après une heure de recherche, je trouve quelques livres (le navire contenait une bibliothèque sur papier). Il y a aussi quelques bâtons en forme de brindilles sur le sol à l’extérieur du périmètre du navire écrasé. Après avoir regardé un court tutoriel sur la meilleure façon de faire un feu, j’arrache les pages (Seul sur Mars d’Andy Weir) et les enfonce sous une petite cabane en brindilles. Ensuite, je fais le feu en utilisant la barre de fer, aussi appelée ferrocérium. L’alliage (70 % de cérium et 30 % de fer) produit des étincelles lorsqu’il est rayé par ma lame en acier au carbone. Les minuscules copeaux sont oxydés et voilà : le feu. Mais le feu est vert et sent les ordures. Baaahhh, ça veut dire que c’est toxique ? En tous cas, je retourne à ma cachette. Le soleil s’est complètement couché. Il est temps d’attendre.

            Pendant vingt minutes, je fixe le petit feu vert, priant à nouveau Jésus de l’espace, regardant la fumée s’élever dans le ciel rempli d’étoiles. Heureusement, les brindilles (j’ai tapé : qu’est-ce que le feu vert ? dans ma tablette : contient potentiellement du sulfate de cuivre ou de l’acide borique) brûlent lentement. Faites en sorte qu’un humain puisse voir cela et savoir que je suis en vie. S’il vous plaît, laissez ma femme voir ça, si elle a réussi à s’en sortir…

            J’entends un bruit bizarre de succion, de glissement et de cliquetis au bord de l’ombre. Ce cliquetis et cette succion ressemblent aux bruits que j’ai entendus au sommet de La Montagne de Merde. Je retiens mon souffle.

            Quelque chose d’énorme émerge de l’ombre. Je fais de mon mieux pour ne pas crier d’horreur et de désespoir.

…Chapitre 3, à venir, abonnez-vous :

LEAVE A REPLY